AccueilCollectivitésMusée des Tissus à Lyon : la Région Auvergne-Rhône-Alpes revoit sa copie

Musée des Tissus à Lyon : la Région Auvergne-Rhône-Alpes revoit sa copie

Laurent Wauquiez a présenté lundi 16 janvier le projet architectural revu et corrigé du musée des Tissus à Lyon. Après la levée de boucliers suscitée par la mouture initiale, la Région Auvergne-Rhône-Alpes et l'architecte Rudy Ricciotti ont évolué.
Mieux insérer le futur musée des Tissus dans le quartier d'Ainay à Lyon, tel est l'objectif du projet revu et corrigé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le cabinet Rudy Ricciotti.
© Cabinet Rudy Ricciotti - Mieux insérer le futur musée des Tissus dans le quartier d'Ainay à Lyon, tel est l'objectif du projet revu et corrigé par la Région Auvergne-Rhône-Alpes et le cabinet Rudy Ricciotti.

Collectivités Publié le ,

La renaissance du musée des Tissus est-elle enfin sur les bons rails à Lyon ? On peut l'imaginer après la présentation lundi 16 janvier d'un nouveau projet architectural dans le cadre de la salle de l'assemblée de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

En maitre de cérémonie, un Laurent Wauquiez soucieux de rassurer les riverains du quartier d'Ainay tout autant que de convaincre de la nécessité d'aller (enfin) au bout d'un dossier de longue haleine. Sauvé de la fermeture définitive en 2019 à travers l'action conjointe de la CCI et de la Région Auvergne-Rhône-Alpes, le musée des Tissus et Arts décoratifs se cherche depuis un véritable avenir.

Et si plusieurs expositions ont déjà été organisées, à l'image de celle consacrée en 2020 à la regrettée Vivienne Westwood, reste à concrétiser la volonté de la collectivité de recréer un espace muséographique moderne, ancré dans le XXIe siècle.

Une mission confiée en 2021 à l'architecte star Rudy Ricciotti. Mais voilà, la première mouture du projet a subi les foudres des riverains, accusant notamment les volumes du futur musée d'étouffer le quartier. Et les conclusions négatives de l'enquête publique remise en juin de la même année ont obligé la Région et le cabinet d'architecture à revoir leur copie.

Musée des Tissus : le mea culpa de Laurent Wauquiez

C'est dans ce contexte que Laurent Wauquiez a présenté hier soir un projet revu et corrigé, effectuant au passage son mea culpa. "On s'est remis en question, on avait commis une erreur. Je présente mes excuses aux riverains, on a manqué ce rendez-vous. Mais c'était peut-être un mal pour un bien avec aujourd'hui un projet plus réussi, permettant de trouver le bon équilibre entre préservation du bâti existant et une nécessaire signature architecturale, une acte de création."

De fait, la surface du projet a été revue à la baisse, passant de 6900 m2 à 5500 m2. Un gain de 20 % permis par la décision de localiser les réserves ailleurs. Avec 2,5 millions d'oeuvres et plus de 4000 ans d'Histoire stockés, c'est l'une des plus riches collections de la planète qui se trouve à Lyon. "Nous avons le projet d'un bâtiment commun avec la Ville de Lyon, il existe une liaison entre les services à ce sujet", a précisé Laurent Wauquiez.

Entrée modifiée, travail sur les cours et les espaces végétalisés, abaissement des hauteurs de certains bâtiments, le cabinet Rudy Ricciotti a planché pour redéfinir un projet plus enclin à se fondre dans le quartier.

© Cabinet Rudy Ricciotti / La végétalisation des toits doit permettre une meilleure acceptation du projet.

Un budget à 60 millions d'euros pour le futur musée des Tissus

Quant au budget, il est estimé à 60 millions d'euros, "ce qui en fait l'un des plus gros projets muséographiques de France avec celui de Villers-Coterets peut-être (NDLR La cité internationale de la langue française)" selon Laurent Wauquiez. Le président LR de la Région Auvergne-Rhône-Alpes a au passage dénoncé le niveau d'engagement financier de l'Etat.

"Je regrette que le financement de l'Etat soit aussi modique. Nous avons des collections exceptionnelles et même uniques à Lyon, la culture ce n'est pas qu'à Paris", a taclé le président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes.

Après les observations à formuler par les riverains et les services de l'Etat, la Région mise sur une délivrance de permis de construire d'ici à trois mois. L'ouverture est espérée en 2026 pour la première tranche (comprise dans l'hôtel de Lacroix-Laval), et en 2028 pour l'intégralité du futur musée des Tissus.

© Cabinet Rudy Ricciotti / Offrir davantage de respiration à travers la végétalisation, un objectif du projet revu et corrigé.

Des tissus rares et précieux à Lyon

Créé au XIXe siècle pour raconter l'histoire de la soie et du textile, mais aussi de la chimie et d'autres domaines, le musée des Tissus et des Arts décoratifs compte une multitude de trésors. A commencer par une tunique égyptienne datée de 4000 ans, "une pièce unique au monde" a assuré Laurent Wauquiez. Même intérêt pour la tenture aux poissons des IIe et IIIe siècles, une tapisserie de laine teinte.

Le fonds du musée compte aussi une exceptionnelle collection de textile byzantin, notamment le suaire de Saint Austremoine, ainsi que des pièces exceptionnelles de textiles islamiques, "comparables à celles du département des arts de l'islam au Louvre", a insisté le président de la Région. Sans oublier une tenture de la chambre du roi commandée sous Louis XV et exposée en ce moment à Versailles, une robe ayant été portée par Joséphine de Beauharnais, encore un clavecin Donzelague, pièce maitresse de la collection arts décortaifs du musée.

Outre un espace muséographique, la Région Auvergne-Rhône-Alpes espère que cet exceptionnel fonds de tissus pourra inspirer une nouvelle génération dans l'univers de la mode, à travers expositions ou résidences de créateurs.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?