AccueilCollectivitésMontmerle 3 rivières se dote d'une nouvelle centralité

Montmerle 3 rivières se dote d'une nouvelle centralité

Le président de la communauté de communes Montmerle 3 Rivières, Jean-Claude Deschizeaux, y tient : son territoire n’est pas dans la Dombes mais dans le Val de Saône.

Collectivités Publié le ,

« Nous avons une identité forte liée au Val de Saône et il est important de le préciser pour bien identifier notre territoire », précise l’élu. Pourquoi ? Et bien parce que la CCM3R n’est tout simplement pas située sur le plateau de la Dombes (même si le nom « 3 Rivières » provient de la présence de l’Appéum, la Calonne et la petite Calonne qui sont bien issues, elles, du plateau de la Dombes). Quelle conséquence ? Sociologiquement, le territoire est tourné vers Belleville-sur-Saône. Beaucoup de gens y travaillent ou prennent le TER pour aller sur Lyon. Pour appuyer son propos, Jean-Claude Deschizeaux explique par ailleurs qu’un rapprochement a été initié entre sa communauté de communes, la communauté de communes Beaujolais Val de Saône, la communauté de communes de la région de Beaujeu, celle du Val de Saône Chalaronne et celle du Mâconnais-Beaujolais. Ce rapprochement a pour but de générer une réflexion collective sur les thèmes du tourisme et du développement économique. Les premières réunions auront lieu prochainement. Il faut dire aussi que, historiquement, le territoire situé entre la Saône et le plateau de la Dombes était proche du Beaujolais en raison de son caractère viticole. « Jusqu’à la crise du phylloxéra, il n’y avait que de la vigne ici », précise Jean-Claude Deschizeaux. De cette période, certains veulent encore se souvenir. Une confrérie a planté quelques ceps sur une colline de Montmerle-sur-Saône à l’image de ce qui se fait à la Croix- Rousse ou à Montmartre. Partout ailleurs, la vigne a été remplacée par la polyculture qui, aujourd’hui, vit aussi une mutation. Les exploitations sont de moins en moins nombreuses et de plus en plus importantes. Tout juste resterait-il une vingtaine d’agriculteurs sur le territoire. Pour autant, les friches agricoles n’existent pas et le territoire peut encore s’enorgueillir d’une spécialité : le cardon.
Côté industrie, le tissu économique est assez important mais ne fait pas apparaître de spécialité. L’employeur le plus important serait la société SAB, avec 150 emplois, qui oeuvre dans la sous-traitance automobile (une spécialité que l’on retrouve de l’autre côté de la Saône !). La question économique est portée à bout de bras par la communauté de communes qui a créé le principal parc – Visionis à Montceaux – avec, tout autour, tous les services névralgiques du territoire. Tour d’horizon des réalisations et des projets. .../...

Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5059 du samedi 27 juillet 2013

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?