Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Montagne : l'investissement « plaisir »

le - - Immobilier-TP-Bâtiment

Montagne : l'investissement « plaisir »
Jean-Jacques Botta, président de la commission location de vacances et immobilier de loisirs de la Fnaim

Investir en montagne pour se faire plaisir et faire fructifier son épargne reste plus que jamais d'actualité pour Jean-Jacques Botta, président de la commission location de vacances et immobilier de loisirs de la Fnaim. Entretien alors que le Centre de congrès de Lyon accueille le Salon de l'immobilier de montagne du 11 au 13 octobre.

Comment se porte actuellement le marché de l'immobilier en montagne ?

Vous m'auriez posé cette question il y a six mois, je vous aurais dit “très bien”, avec une demande soutenue et une inflation raisonnable de + 4 à +5 %. Aujourd'hui, la demande, dynamisée par des taux d'emprunt peu élevés, reste forte mais l'offre se raréfie dans tous les massifs d'où une tension attendue sur les prix. Il y a un frein sur la construction neuve et la pierre reste incontestablement un bon placement financier dans le contexte actuel. Les propriétaires ont donc tendance à conserver leurs biens.

Côté tarifs, nous sommes actuellement entre 8 000 et 9 000 euros du mètre carré en prix médians dans les stations phare de Val d'Isère, Courchevel, Méribel et Val Thorens côté Savoie. Megève, Avoriaz, Chamonix en Haute-Savoie et l'Alpe d'Huez en Isère figurent également dans le haut du classement des stations les plus cotées.

La clientèle recherche donc globalement toujours les stations d'altitude, garantissant enneigement et ski ?

Enlevez la neige et vous avez les deux-tiers de nos clients qui ne viennent plus nous voir. Mais le ski ne suffit plus. Les demandes de la clientèle évoluent vers une offre de loisirs plus diversifiée et les stations répondent plutôt bien à ces nouveaux enjeux. De ce fait aussi, nos clients n'occupent plus seulement leur lieu de vie pour dormir mais également pour se retrouver. Ils recherchent donc des surfaces plus grandes.

« La demande actuelle est forte mais l'offre se raréfie »

Par ailleurs, on note que la clientèle de proximité, et celle de Lyon en fait partie, s'oriente vers des stations de plus basse altitude pour ses investissements. Elle recherche plutôt une destination week-end tout au long de l'année et de ce fait un environnement plus varié.

Le réchauffement climatique ne pèse donc visiblement pas sur la demande. Mais faut-il continuer d'investir en montagne ?

Le réchauffement climatique n'a effectivement pas d'effets visibles. Souvenez-vous d'ailleurs il y a deux ans, malgré l'absence de neige à Noël, la fréquentation est restée soutenue. La météo était bonne et les vacanciers ont profité de leur séjour différemment.

Et oui bien sûr il faut continuer d'investir en montagne pour deux raisons : vous allez vous faire plaisir et faire fructifier votre épargne ! Il est important toutefois de bien analyser au préalable ses envies et ses besoins. Car, j'insiste, l'investissement en montagne est avant tout un investissement plaisir et non strictement financier. Pour s'assurer un bon rendement, il faut également penser à intégrer les besoins actuels de la clientèle, à savoir acquérir un logement assez grand, avec des espaces “nuit” même petits mais bien isolés. Il faut aussi accepter de louer son bien sur les périodes les plus tendues comme le Nouvel an ou février.




Hélène VERMARE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer