Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Mondial des Métiers / Bâtir son avenir professionnel ou réussir sa reconversion

Publié le - - Economie

Mondial des Métiers / Bâtir son avenir professionnel ou réussir sa reconversion
DR - Rendez-vous à Eurexpo du 6 au 9 février

Pour sa 24e édition, le salon fait toujours la part belle aux démonstrations métiers et à l'information sur les choix professionnels. Face aux méandres de l'orientation et de la formation, ce rendez-vous s'affirme une nouvelle fois comme incontournable. Rendez-vous à Eurexpo du 6 au 9 février.

Des métiers en démonstration

Collégiens ou lycéens, demandeurs d'emploi, personnes en reconversion professionnelle... tous ces publics ont des réponses à trouver au Mondial des Métiers. Le salon de la découverte des métiers et de l'information sur les choix professionnels permet de découvrir des centaines de professions, de connaître les formations initiales ou continues accessibles, d'identifier les débouchés possibles ou encore les besoins de recrutement.

La force du Mondial des Métiers est de réunir l'ensemble des acteurs, à savoir la Région, la Direction régionale des Entreprises, de la Concurrence, de la Consommation, du Travail et de l'Emploi, les services de l'Education nationale et les branches professionnelles.

Ce modèle collaboratif et partenarial est un atout décisif pour apporter une vision complète et des informations pointues à tous les visiteurs. Ainsi, le salon constitue une opportunité unique de voir des métiers mis en situation, aussi bien que de comprendre les compétences dont les entreprises auront besoin demain.

Les plus jeunes peuvent ainsi choisir le métier dans lequel ils s'épanouiront, quand d'autres profils s'informeront plutôt sur les nouvelles compétences à développer afin de sécuriser leur parcours professionnel. Une démarche essentielle à l'heure où les transformations sont multiples.

La révolution majeure s'appelle le digital. « Aujourd'hui, il faut savoir faire preuve de flexibilité. Il est évident que chacun exercera des métiers différents tout au long de sa carrière. Certains de ces métiers n'existent même pas encore.

L'impact du numérique sur les métiers et sur les entreprises constitue un vrai bouleversement », souligne Alain Huet, administrateur de l'Association Auvergne- Rhône-Alpes pour l'orienta- tion et la promotion des métiers (AROM). Les évolutions liées au digital se traduisent également de façon très concrète dans les espaces du salon.

En effet, de nombreux secteurs professionnels ont recours aux serious games, à la réalité virtuelle et aux simulateurs pour présenter leurs métiers en mode immersif. « Nous avons investi 300 000 € dans la réalisation​ de films de mises en situa- tion des 13 métiers les plus en tension, comme conducteur routier, boulanger ou technicien d'usinage », fait savoir Jean-François Bénévise, directeur à la Direccte.

Si le numérique sera très présent, les démonstrations restent la pierre angulaire du salon. Ainsi, une centaine de métiers feront l'objet de démonstrations menées par près de 2 000 jeunes en formation dans toute la région. Pour cette 24e édition, 107 stands seront déployés. « Nous accueillons plusieurs nouveaux domaines professionnels comme les métiers du lait, de l'énergie, du droit notarial », indique Rachel Vouillon, directrice adjointe du salon.

Le Mondial des Métiers 2020 prend également une nouvelle dimension sous l'égide de l'Agence régionale de l'Orientation (ARO). « L'agence régionale de l'Orientation a été créée en décembre 2019 pour fédérer les missions exercées par la délégation régional de l'ONISEP, l'AROM, l'EIJ de Clermont-Ferrand et une partie des missions régionales.

Son rôle est d'être force de propositions et coordinatrice des actions d'orientation », rappelle Stéphanie Pernod Beaudon, vice-présidente à la Région déléguée à la formation professionnelle et présidente de l'ARO.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Chiffres clés

• 2,4 millions de visiteurs accueillis depuis la création du salon il y a 24 ans,

• 119 091 visiteurs reçus en 2019,

• 27 000 m2 d'exposition,

• 4 000 personnes mobilisées pour présenter les métiers et les dispo- sitifs de formation, dont 1 700 jeunes en formation et 700 formateurs,

• 68 domaines professionnels,
• plus de 700 métiers et fonctions présentés,
• plus de 100 métiers en démonstration ou faisant l'objet d'animations, • près de 300 conférences, ateliers et réunions professionnelles,
• 107 stands, soit une hausse de 6 %,
• 94 % de taux de satisfaction.

---------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

JACQUES VALLERANT :
« Le Mondial des Métiers répond parfaitement aux enjeux d'orientation et d'emploi »

Jacques Vallerant, membre fondateur de l'Association Rhône-Alpes pour l'Orientation et la promotion des Métiers (Arom), ancien directeur, puis président de cette association, évoque le 24e Mondial des Métiers. Un bel outil pour découvrir à travers démonstrations sur site et conseils avisés, la palette des métiers, souvent challengés par les assauts des évolutions technologiques. Et de rappeler que les salariés d'aujourd'hui connaîtront assurément plusieurs métiers et vies professionnelles. D'où l'intérêt d'une formation constante et profonde.

Des métiers organisés en ateliers

Retracez-nous la genèse du Mondial des Métiers ?
En octobre 1995, la Région Rhône-Alpes, l'Etat et le Comité Français pour les Olympiades des métiers ont accueilli à Lyon-Eurexpo, pour la première fois en France, les 33es Olympiades des Métiers [Ndlr : désormais Worldskills, et à Eurexpo en 2023]. Concours réservé aux jeunes professionnels n'excédant pas les 22 ans au moment des épreuves, il permet un classement des meilleurs par métier.

Pendant les quatre journées de la compétition, les candidats ne peuvent communiquer avec le public, cela leur est interdit. Les visiteurs découvrent ainsi chaque métier, organisé en ateliers offerts à la curiosité, et observent les gestes nécessaires à la réalisation d'un sujet technique complexe, mais ne discutent pas avec les jeunes compétiteurs.

L'engouement public de 1995 a été énorme. Plus de 200 000 visiteurs à Eurexpo. L'enseignement technique et professionnel régional en a apprécié les retombées. L'organisation du concours a alors été confiée à une association créée pour la circonstance dès 1993, l'Association Rhône-Alpes pour les Olympiades des Métiers(Arom). Devant un tel succès, la Région a encouragé la poursuite d'un événement annuel, pour le grand public, destiné à favoriser l'orientation professionnelle. L'Arom devint l'Association Rhône- Alpes pour l'Orientation et la promotion des Métiers.

Avec pour objectif de créer le premier Mondial des Metiers, en février 1997. Le principe fondateur du Mondial des Métiers n'était plus d'organiser des concours par métiers et isolés du public.

Il était de proposer des démonstrations professionnelles réalisées par des jeunes en formation, encadrés par des formateurs et des professionnels, afin de favoriser les échanges entre ces derniers et les visiteurs.

Désormais, le nouvel objectif du Mondial des Métiers est de faciliter la communication directe entre public et démonstrateurs pour développer une forte exemplarité du métier et encourager une orientation professionnelle judicieuse.

Depuis cette période, le succès du salon ne se dément pas, avec plus de deux millions de visiteurs accueillis à ce jour. Cette 24e édition s'annonce prometteuse, avec davantage d'exposants encore.

700 métiers représentés

Pourquoi cet événement unique fut-il possible dans notre région ?


La première raison trouve son origine dans le dynamisme régional. La région dans son ensemble, et plus encore aujourd'hui avec ses douze départements, regroupe tous les secteurs de l'activité économique nationale. Présence ancienne, répartie dans une multitude de bassins, qui se renouvelle avec le temps. Certains secteurs ont une histoire inscrite dans le développement de l'économie française.

Les énumérer ici serait fastidieux. Au total, cette ruche économique régionale, tournée vers le national et l'international, doit être alimentée par autant de qualifications et de compétences. Celles-ci sont à acquérir, à transmettre, et donc à faire connaître aux jeunes, aux adultes et aux familles.

Choix de formations certes, mais aussi meilleure connaissance du kaléidoscope d'activités professionnelles possibles.

Le Mondial des Métiers propose aujourd'hui à ses visiteurs cette vitrine, avec une soixantaine de domaines professionnels à découvrir pour un total de 700 métiers.

La seconde raison tient à la forte tradition régionale du dialogue social. Le Mondial des Métiers a pu, au fil de ses 24 années d'existence et de développement, s'appuyer sur un solide socle de tra- dition de l'échange et de la concertation. Il faut citer les chambres consulaires de Métiers, de l'Agriculture et du Commerce, les syndicats professionnels de l'artisanat et de l'industrie, les branches professionnelles dans leur ensemble, et les syndicats d'employeurs et de salariés. Ce sont ces partenaires qui, régulièrement, ont échangé avec la Région et l'Etat sur l'intérêt et la nécessité d'un Mondial des métiers. Ce sont eux qui composent, depuis le début, le conseil d'administration de l'association organisatrice, l'Arom.

La troisième raison est évidemment politique. La Région historique, au fil de ses mandatures et de ses présidences dont celle de Laurent Wauquiez, a su prendre les décisions utiles à la pérennité du salon en associant l'Etat à cette croisade de l'orientation, avec la Direction du travail et l'Education nationale.

La Région, et le mérite lui en revient très largement, a supporté le financement des démonstrations professionnelles du salon, le déplacement des scolaires visitant le salon (près de 800 cars effectuent généralement le déplacement), et une partie du financement de l'association organisatrice.

Concernant l'Etat, la Direction du travail a réuni ses moyens et les institutions sous sa responsabilité, pour répondre activement à l'accueil des adultes. Elle a su également participer financièrement au salon.

L'Education nationale et ses trois académies d'Auvergne, de Lyon et de Grenoble ont inscrit le salon dans le calendrier scolaire de l'orientation, contribuent à la conception et à la rédaction du guide de visite, et animent une large plateforme d'accueil du public.

Enfin, la petite équipe de l'Arom, sans laquelle rien n'était possible, volontaire et militante, dirigée par Bénédicte Zambo et ses présidents, qui réalise chaque année un remarquable travail d'organisation.

Le salarié doit désormais apprendre, au cours de sa vie professionnelle, à changer de métier. En quoi le Mondial des Métiers peut-il être un outil ?


Au fil de ses 24 années d'existence, le Mondial des Métiers a été confronté à la transformation technologique et industrielle régionale. Dans ses premières années, Internet était peu utilisé. Le premier espace Internet et ses ordinateurs dédiés, proposés alors au public du salon, feraient aujourd'hui sourire. L'effondrement d'activités régionales a conduit aussi à travailler avec les pôles de conversion, comme celui de la chaussure à Romans. D'anciens travailleurs de la chaussure sont ainsi venus au Mondial des Métiers découvrir d'autres métiers, ont été reçus sur place par les équipes de la Direction du travail, et ont regardé avec intérêt les jeunes en démonstration.

« Les enjeux de l'orientation et de l'emploi doivent intégrer désormais la prévention des risques de chômage »

Aujourd'hui, toutes les filières professionnelles, et tous les métiers ou presque, évoluent et se transforment du fait de la révolution numérique, du « deep learning » à l'intelligence artificielle, en passant par l'Internet des objets. Le métier de webmaster, émergent en 1997, est devenu un classique, tout comme ceux de community manager, de délégué à la protection des données, d'ingénieur en intelligence artificielle, de spécialistes en cybersécurité, de consultant data, etc. Tous présents sur le salon.

De nouvelles attitudes mentales s'installent, et un nouvel état d'esprit est à acquérir. Dans un contexte où une majorité de salariés exercera plusieurs métiers au cours d'une même vie professionnelle, la formation à tout âge devient indispensable pour mieux réussir.

Les enjeux de l'orientation et de l'emploi doivent intégrer désormais la prévention des risques de chômage, faciliter l'adaptation au changement, et favoriser les formations constantes aux évolutions technologiques les plus fines.

Ainsi est née une nouvelle préoccupation pour la plu- part des entreprises, à savoir former ses salariés aux nouvelles tendances de l'intelligence numérique appliquée.

Le Mondial des Métiers, à travers ses démonstrations, poussé par le dynamisme des branches professionnelles participantes et par celui des plateformes d'accueil, d'écoutes personnalisées et de conseils, s'efforce de répondre à cette évolution constante et profonde.




Severine RENARD
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer