AccueilLa Start-up qui change votre quotidienMolsid révèle l'invisible en biotechs

Molsid révèle l'invisible en biotechs

Incubée à l'ENS Lyon où son co-dirigeant Jens Hasserodt, enseignant-chercheur en chimie, poursuit ses travaux, Molsid affirme qu'une dizaine de ses sondes moléculaires à rétention innovante du signal fluorescent est prête à être commercialisée.
Molsid révèle l'invisible en biotechs
DR - Molsid propose des sondes qui révèlent l'invisible

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

Jens Hasserodt est à l'initiative de la technologie aujourd'hui exploitée par la jeune entreprise Molsid, créée en juillet 2018. Ce chercheur Allemand a notamment passé 8 ans dans un laboratoire de recherche à San Diego avant d'arriver à l'ENS Lyon, il y a une vingtaine d'années. Ses recherches dans le domaine de la biotechnologie ont permis de déboucher sur une technologie aujourd'hui commercialisable.

« Nos sondes moléculaires rendent visibles ce que les sondes classiques ne permettent pas de visualiser, explique-t-il. Elles fournissent des résultats clairs et fiables, grâce à une rétention unique du signal fluorescent au siège de l'activité enzymatique cherchée. » Cette technologie innovante brevetée s'adresse au marché du diagnostic microbiologique rapide et à l'ingénierie bioenzymatique. Les principaux secteurs concernés sont l'agroalimentaire, la chimie verte et le diagnostic médical.

Molsid annonce un prévisionnel de chiffre d'affaires de 8 M€ à l'horizon 2022. Pour l'heure, la start-up a suivi le programme de maturation de Pulsalys ; elle a été sélectionnée par le concours nationale i-Lab du ministère de l'Enseignement supérieur et de la Recherche avec une dotation ; elle envisage « une première levée de fonds, fin 2019, de près d'1 M€ », selon Jens Hasserodt. L'enseignant-chercheur poursuit ses activités au sein de son laboratoire de chimie, tout en co-développant Molsid avec son associée Anne Khoschnud.

Composée de six salariés, Molsid projette l'embauche de deux personnes d'ici à fin 2019 et d'une personne supplémentaire début 2020, des profils doctorants pour soutenir Jens Hasserodt dans sa mission de consultant en recherche pour Molsid.

A l'avenir, Molsid prévoit « d'élargir sa gamme des sondes, de développer des kits et des dispositifs, toujours dans cette notion de rupture technologique », explique le chercheur.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?