AccueilEconomieMireille Roger, l'école autrement

Mireille Roger, l'école autrement

Mireille Roger, l'école autrement
Photo S.Borg - Mireille Roger, directrice de l'EDEIP

Economie Publié le ,

En l'an 2000, Mireille Roger ouvre "son" école. Pendant 6 mois, elle restera en quasi tête à tête avec un élève. Ce n'est pas facile, mais la pugnace y croit. Elle sait que l'école des enfants intellectuellement précoces (EDEIP) répond à un besoin, pour les enfants comme pour leur famille. Ce n'est pas tant parce qu'elle compte parmi ses trois enfants un profil similaire. C'est de son expérience de professeur des écoles qu'elle tire ses conclusions. Un métier qu'elle a exercé pendant près de 10 ans après avoir passé le concours sur le tard, loin de ses années à l'EM Lyon.

"J'ai enseigné dans des écoles diverses où j'ai côtoyé de près la précocité. J'ai très vite été sensible aux moyens à déployer pour aider ces élèves qui ont besoin d'apprendre différemment", souligne l'ancienne responsable d'une structure de soutien scolaire. Fondée après avoir quitté l'Education nationale parce que l'institution lui demandait beaucoup de choses qui ne lui correspondait plus, son activité confirme ses résolutions. "Là encore, j'ai vu passer de nombreux précoces en quête de bonnes notes pour assurer leur scolarité. Mais j'ai vite compris que ce n'était pas assez, qu'ils avaient besoin d'un accompagnement plus complet", indique-t-elle.


Très vite, le projet d'école s'impose comme une évidence pour l'enseignante et pour l'entrepreneure qui sommeille en elle. "J'ai toujours eu envie de créer une entreprise. Mon passage à l'EM Lyon n'est sans doute pas anodin. D'ailleurs, nous avions essayé, avec mon mari, de reprendre une entreprise quand nous étions bien plus jeunes", s'exclame en souriant la directrice. En quelques mois, elle monte son projet, convaincue du bien-fondé de sa démarche. Le plus difficile ? "Les contraintes administratives autour de l'école et le financement de la structure, puisque que nous ne vivons qu'avec la scolarité de nos 34 élèves. Et puis toucher les parents concernés". N'envisageant jamais les choses comme impossibles, elle aime relever de nouveaux challenges, s'attachant à décoller les étiquettes, comme elle aime le faire pour ses élèves, souvent catalogués à leurs dépends.

Ainsi, difficile d'imaginer la frêle silhouette au guidon d'une HondaNS 700 S, "une moto moyenne mais quatre fois plus lourde que moi. J'ai eu mon permis moto avant celui de la voiture. J'aime cette forme totale de dépaysement et de dépassement de soi, quand il s'agit de lutter avec les éléments par exemple", souligne-t-elle. Jamais à cours pour essayer de nouvelles choses, elle reste néanmoins prudente. Je fais attention à moi car j'ai encore de nombreux projets à mener. En somme, résume-t-elle, c'est un peu comme essayer une nouvelle recette de cuisine, mais avec un bon livre comme support. Amatrice d'art contemporain, MireilleRoger, lorsqu'il lui reste quelques heures de liberté, s'essaie à la peinture, "surtout des reproductions de femmes", précise-t-elle. Des tableaux qu'elle utilise comme cadeaux pour ses proches ou pour décorer son intérieur, en fonction de ses humeurs.
Satisfaite de son quotidien, elle puise sa force dans les retours de ses anciens élèves et dans les messages de remerciements qu'ils lui adressent, souvent chaleureux, toujours heureux d'avoir été "sauvé" à un moment ou à un autre. Loin d'attendre la retraite avec impatience, elle se projette encore pour de nombreuses années derrière son large bureau de directrice. Elle s'attache à pérenniser et valoriser son école, pour un jour pouvoir la transmettre. En attendant, elle prépare déjà la prochaine étape. A la rentrée prochaine, l'école, à l'étroit actuellement, changera de locaux pour ouvrir une section terminale. Et ainsi accueillir d'avantages d'enfants.

Mireille Roger en 5 mots clés

Date : 1965, j'apprends que le Père Noël n'existe pas, alors que, fondamentalement je crois encore que tout est possible

Lieu : Le Cap Corse, à moto

Ambition : Continuer et garder l'envie de poursuivre de nouveaux projets

Citation : "Aujourd'hui est le premier jour du reste de ta vie"

Personnalité : Monique de Kermadec, psychologue, psychanalyste, spécialiste de la précocité, auteure de nombreux ouvrages sur le sujet. J'ai eu la chance de la rencontrer. Elle fut pleine d'encouragements pour mon projet

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?