Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Michael Janas : "La justice est un facteur d'apaisement social"

Publié le - - Vie juridique

Michael Janas : "La justice est un facteur d'apaisement social"

A 48 ans, Michael Janas vient de prendre la présidence du tribunal judiciaire de Lyon et succède à Thierry Polle. Un retour aux sources pour ce magistrat originaire de Lyon qui se fixe comme cap le maintien de la justice en tant que maillon fort d'un Etat de droit.

Sa première expérience de tribunal fut pour le moins marquante. "J'ai visité les 24 Colonnes lors du procès Barbie en 1987, tandis que j'étais en classe découverte au collège. Un moment hors norme qui a participé à mon envie de devenir magistrat", confie Michael Janas, nouveau président du tribunal judicaire de Lyon, la troisième juridiction du genre en France avec 110 juges, 38 procureurs et 417 fonctionnaires.

Elu pour un mandat de 7 ans, l'ancien président du tribunal judiciaire de Grasse souhaite inscrire sa mission "dans la durée au regard de l'attente très forte des justiciables lyonnais".

"Une année singulière"

Ayant déjà entamé une série de rencontres des principales institutions impliquées dans le quotidien du TJ (gendarmerie, collectivités, écosystème carcéral...), le magistrat souhaite bien connaître son environnement pour engager des actions qu'il juge prioritaires. "C'est une année singulière avec un stock significatif de dossiers à traiter dans un délai raisonnable. La grève des avocats puis la période de confinement ayant eu pour effet cette accumulation."

Pour parvenir à fluidifier ce travail, Michael Janas évoque l'enjeu du numérique avec la volonté de dématérialiser de plus en plus certaines procédures. "Le TJ s'est déjà équipé en matériel de visio-conférence, pour autant il nous faut des moyens supplémentaires", indique-t-il, tout en évoquant le fait que "le justiciable a besoin d'être entendu et écouter" ; confirmant par là, la nécessité d'une dimension physique dans le rendu de la justice.

"La justice ne peut pas être un maillon faible"

Le nouveau président souhaite également un meilleur accès au droit et une meilleure compréhension de la justice, évoquant un travail partenarial avec les huissiers, les notaires et les avocats en particulier. D'ailleurs, il indique "avoir toute la confiance du bâtonnier de Lyon Serge Deygas" qu'il a rencontré récemment.

"Nous devons travailler en collaboration sur ce sujet là, entre les magistrats du siège et ceux du parquet. Il faut du dialogue. La justice ne peut pas être un maillon faible car c'est un garant de l'Etat de droit. La justice sera rendue à Lyon. C'est un facteur d'apaisement social", achève-t-il.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer