AccueilEconomieIndustrieMeyzieu : Bartec Group obtient des financements du plan France Relance

Meyzieu : Bartec Group obtient des financements du plan France Relance

L’entreprise de Meyzieu, spécialiste des liaisons d’armatures pour les constructions en béton armé, fait partie des lauréats d’un Appel à Projet en faveur du développement de compétences critiques pour la filière nucléaire.
Meyzieu : Bartec Group obtient des financements du plan France Relance
DR - Philippe Huet, Pdg de Bartec Group dont le siège social est implanté à Meyzieu.

EconomieIndustrie Publié le ,

Le projet Rafal, initié et piloté par Bartec Group, fait partie des 61 nouveaux projets lauréats du volet nucléaire du plan France Relance. La subvention devrait représenter 85 % de l’investissement global de 2,5 M€, le reste étant financé sur fonds propres.

Le projet est labellisé par Nuclear Valley, soutenu par EDF et développé en consortium avec Eiffage Génie Civil, Fourreau SAS et le laboratoire des Matériaux Composites pour la Construction de l’Université Claude Bernard Lyon 1

"Cet appel à projet était une opportunité de booster nos recherches pour répondre aux fortes exigences du secteur nucléaire et garder une longueur d’avance", explique Philippe Huet qui a racheté Bartec Group en 2012 avec Catherine Sambin.

Analyser la réaction des liaisons d’armatures dans le béton

La PME de 40 collaborateurs a inventé, il y a plus de 30 ans, des liaisons d’armatures à filetage parallèle pour renforcer les structures en béton armé.

Objectifs : répondre à des contraintes spécifiques et offrir une meilleure résistance à la fatigue, au séisme, aux explosions…

Une dizaine de salariés de Bartec Group mobilisés sur le projet

"Le projet Rafal va permettre d’effectuer des tests grandeur nature du comportement des liaisons d’armature dans le béton. Nous devrions mener plus de 1 000 essais", fait savoir Philippe Huet qui précise qu’une dizaine de salariés de Bartec Group seront mobilisés sur le projet avec l’aide de l’ingénierie et des tests du laboratoire LMC2.

Le développement de machines de traction pour enregistrer les déformations et des logiciels pour évoluer vers l’industrie 4.0 font également partie du projet. Ce travail de recherche et d’innovation pourrait aboutir à un dépôt de brevet et valoriser l’excellence de l’entreprise.

Un marché du nucléaire très porteur

Aujourd’hui, moins de 20 % des 8 M€ de chiffre d’affaires de Bartec Group est réalisé dans le secteur du nucléaire. Mais les annonces du président de la République sur la construction de nouveaux réacteurs en France et les projets de centrales sur les marchés chinois et américains augurent de belles perspectives.

"Une nouvelle centrale représente un chiffre d’affaires potentiel de 30 M€ sur 3 ans", souligne le Pdg de Bartec Group qui, pour se différencier de la concurrence, a choisi la qualité et la sécurité comme cheval de bataille.

La fiabilité et durabilité de ses produits permettent d’ailleurs à l’entreprise de se positionner sur des opérations stratégiques telles que la construction de viaducs, barrages hydrauliques, gratte-ciel, métros… partout dans le monde. "Nous réalisons 80 % de notre activité à l’international dans une vingtaine de pays", confirme Philippe Huet.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?