AccueilEconomieEntreprise de la semaineMeunier veut enrichir sa palette

Meunier veut enrichir sa palette

Meunier veut enrichir sa palette

EconomieEntreprise de la semaine Publié le ,

Installé depuis 10 ans aux commandes de l’entreprise Meunier, créée par son père en 1982, Philippe Capezzone s’efforce de prolonger la stratégie de croissance raisonnée engagée dès l’origine. Spécialisée dans la plâtrerie-peinture, l’entreprise s’est longtemps concentrée sur de petits marchés de proximité. « Au début, lorsque mon père a repris ce fonds de commerce dans le quartier de la Croix-Rousse, c’était une toute petite structure, qui employait 4 ou 5 compagnons, exclusivement en peinture. Pour lui donner un nouvel élan, il a développé la plâtrerie et ce que l’on appelle les cloisons sèches », explique l’actuel président de la société.
Fort de cette nouvelle activité, l’entreprise décolle et son dirigeant décide, en 1999, de quitter la Croix-Rousse pour un site plus adapté à son volume d’activité et à l’augmentation de ses effectifs. « J’avais rejoint mon père dans l’entreprise deux ans plus tôt et le nombre de salariés avait déjà doublé. Nous commencions donc à nous sentir un peu à l’étroit. En nous installant à Vaulx-en-Velin, nous avions la possibilité de disposer d’un espace à la mesure de notre développement », poursuit Philippe Capezzone.
Lorsqu’il succède à son père en 2006, il reste fidèle à sa démarche et développe à son tour une stratégie de croissance raisonnée. « Comme lui, qui a élargi progressivement le portefeuille clients, j’ai choisi de ne pas brûler les étapes », confirme-t-il. L’entreprise, bien qu’elle emploie désormais une quarantaine de personnes, concentre donc ses efforts sur le département du Rhône. « Nous intervenons un peu dans l’Ain également, mais cela ne représente qu’une petite partie de notre activité », précise-t-il.
Une stratégie prudente mais gagnante. « Les résultats sont là pour démontrer que notre politique commerciale est bonne. Nous avons, en effet, doublé notre chiffre d’affaires au cours des 15 dernières années, pour nous établir désormais entre 8 et 8,3 M€ », Philippe Capezzone. Avant de conclure : « Pour l’heure, nous réalisons 80 % de notre activité avec la commande publique, pour des clients comme la Ville de Lyon, la Métropole, les HCL, le monde universitaire, les bailleurs sociaux… mais je souhaite développer nos relations avec le secteur privé. Nous avons déjà noué des relations avec des cabinets d’architectes et je crois que nous avons une carte à jouer dans l’immobilier. »

Philippe Capezzone : « De nouveaux locaux plus vastes en 2017 »


Dans quels domaines pouvez-vous progresser pour prolonger votre croissance ?

Nos clients nous demandent de plus en plus de lots de finitions. Ce qui signifie que nous ne sommes plus simplement des plâtriers-peintres, mais que nous devons faire appels à des partenaires pour réaliser des lots de faux-plafonds, des sols PVC… Cette logique, qui consiste à placer un interlocuteur unique en face des clients, doit nous conduire à une nouvelle croissance.

Pour doubler de taille rapidement ?

Non, pour l’heure j’ai surtout envie de nous stabiliser à ce niveau-là. Nous devons déjà digérer la forte croissance enregistrée ces dernières années, qui va d’ailleurs nous conduire à changer de locaux très prochainement. Au mois de février 2017, nous allons en effet prendre possession d’un nouveau site, toujours à Vaulx-en-Velin, qui totalisera plus de 700 m2 de bureaux et de stockage, alors que nous disposons de seulement 250 m2 actuellement. Cette extension va nous permettre de mettre en place une meilleure organisation et d’aller notamment vers une optimisation des commandes, pour ne plus être tributaires de certains de nos fournisseurs.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?