AccueilCollectivitésMétropole de Lyon : un budget 2023 "ambitieux" pour la majorité, "pas clair", "sans vision" selon les oppositions

Métropole de Lyon : un budget 2023 "ambitieux" pour la majorité, "pas clair", "sans vision" selon les oppositions

Les débats autour du budget primitif 2023 de la Métropole de Lyon, adopté sans suprise, ont donné lieu à quelques belles empoignades en séance publique lundi 23 janvier. Ambiance.
Les Voies Lyonnaises, l'un des investissements phares pour l'année 2023. Les mobilités sont aussi un point de crispation entre majorité et oppositions à la Métropole de Lyon.
© Julien Verchère / photo d'illustration - Les Voies Lyonnaises, l'un des investissements phares pour l'année 2023. Les mobilités sont aussi un point de crispation entre majorité et oppositions à la Métropole de Lyon.

Collectivités Publié le ,

L’année 2023 débute comme elle s’était terminée à la Métropole de Lyon, entre une majorité déterminée à continuer à avancer ses pions à l’approche de la mi-mandat, et des oppositions réunies dans la dénonciation des mêmes maux supposés : manque d’écoute et communication défaillante, mépris des communes périphériques, écologie prenant le pas sur le social…

C’est dans ce contexte finalement sans surprise que s’est déroulé lundi 23 janvier le premier conseil métropolitain de l'année. Avec au menu une centaine de délibérations et un plat de résistance dénommé "budget primitif 2023". Un incontournable de la démocratie locale, pas toujours digeste mais essentiel.

Bertrand Artigny, vice-président en charge des finances, s’est attelé à présenter les grandes masses budgétaires qui régiront l’exercice 2023.

Pour Bruno Bernard, "Laurent Wauquiez se désengage de la Métropole de Lyon"

Budget de la Métropole de Lyon : la fiscalité, plus de deux tiers des recettes

En augmentation de 200 millions d’euros par rapport à 2022, les dépenses cumulées de fonctionnement et d’investissement pour l’ensemble des budgets se montent à 3 817,5 millions d’euros (M€).

Rappelons que le budget d’une collectivité comprend toujours deux sections, fonctionnement et investissement, chacune devant être à l’équilibre et recettes et dépenses. L’autofinancement s’affiche en léger recul à 304 M€ (contre 327,6 M€ en 2022).

A noter que du côté des recettes, la fiscalité pèse pour plus des deux tiers (2116,7 M€ , 68 % des recettes de fonctionnement), tandis que les dotations de l’Etat représentent 507 M€. Les autres recettes de gestion s’élèvent à 473,2 millions d’euros.

"Un budget ambitieux" pour la Métropole de Lyon

Evoquant un contexte où il faut faire face à la réalité du réchauffement climatique, au coût renchéri de l’énergie, à l’inflation ainsi qu’aux incertitudes géopolitiques, l’élu écologiste a assuré que la Métropole de Lyon pourrait s’appuyer sur un budget "ambitieux avec un fort volume d’investissement, qui prouve que notre territoire conserve sa dynamique".

Le montant des investissements augmente de 25 M€ par rapport au budget 2022 avec un engagement de 730 M€ (705 M€ en 2022, 610 M€ en 2021), "un montant inédit pour un début de mandat".

Quant à la dette, "elle est maîtrisée totalement, saine, tout va pour le mieux", s’est réjoui l’élu de la majorité. Au 1er janvier 2023, la capacité de désendettement de la Métropole s’établit à 5 ans et 5 mois.

Un satisfecit globalement salué dans les rangs des différents groupes formant la majorité, mais rejeté du côté des différentes oppositions.

Le niveau d'aide aux communes dénoncé par les oppositions

"Non, tout ne va pas bien dans le meilleur des mondes comme vous pourriez le laisser entendre", a critiqué Louis Pelaez, président du groupe centriste "Inventer la Métropole de demain".

"Nous explosons nos dépenses de fonctionnement, avec une nouvelle hausse de plus de 110 millions d’euros", a souligné l’élu métropolitain, sceptique quant aux projections de recettes "optimistes" formulées par l’exécutif.

Dans la même veine, Max Vincent (groupe Synergies élus et citoyens) a estimé que face à cette envolée de + 5,5 % des dépenses de personnel, "il y aurait lieu de revoir la politique des ressources humaines, et se pencher notamment sur le taux d’absentéisme".

Parmi d’autres critiques, le maire UDI de Limonest a regretté le niveau d’aide aux communes : "10 millions sur 3,8 milliards, c’est très peu, et encore moins qu’en 2022 avec l’inflation." Le groupe Synergies élus et citoyens avait d'ailleurs déposé deux amendements à ce sujet, rejetés à l’issue d'un vote.

Alexandre Vincendet : "Au-delà du périphérique, il y a aussi des gens qui habitent et paient des impots"

Encore plus offensif, Alexandre Vincent (groupe Métropole positive) a déploré avec ce budget primitif "un document aride et sans vision, dans lequel il est quasiment impossible de déceler le moindre projet politique".

Le maire de Rillieux-la-Pape a estimé que ce budget était trop focalisé sur le centre de la métropole. "J’ai toujours l’impression que la Métropole de Lyon a un peu de mal avec les villes de banlieue populaire", a-t-il grimacé. "Au-delà du boulevard périphérique, il y a aussi des gens qui habitent et qui paient des impots", a raillé Alexandre Vincendet, prenant pour exemple le budget consacré au logement social, hors hébergement d'urgence.

"Vous voulez faire croire qu’avec 18 millions d’euros vous allez relancer la production de logement social ? Alors que vous mettez 28,6 millions dans les Voies lyonnaises. Voilà la démonstration que vous créez une métropole pour votre clientèle électorale, et pour les riches. Tout cela sous l’œil naïf et complice des communistes et des socialistes. Elle est belle la Gauche sociale !", a-t-il asséné.

Alain Galliano : "De beaux investissements pour les vélos et le reste on verra plus tard"

Prenant la parole au nom du groupe centriste "Les Progressistes", Alain Galliano a pour sa part déploré "un budget assez peu clair quant à ses objectifs, pas préparé aux enjeux sociaux de demain".

Estimant que la majorité écologiste "navigue toujours à vue en ce qui concerne les investissements", l’ancien maire de Craponne a pointé du doigt "une volonté d’intervenir sur le chapitre environnemental et c’est à peu près tout, de beaux investissements pour les vélos et le reste on verra plus tard".

Au terme de deux heures de débat, le budget primitif 2023 a été adopté sans surprise par 85 voix pour, 59 voix contre et 4 abstentions.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 28 janvier 2023

Journal du28 janvier 2023

Journal du 21 janvier 2023

Journal du21 janvier 2023

Journal du 14 janvier 2023

Journal du14 janvier 2023

Journal du 07 janvier 2023

Journal du07 janvier 2023

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?