AccueilIndustrieMétallurgie Rhodanienne en pointe sur le programme EE-METAL

Métallurgie Rhodanienne en pointe sur le programme EE-METAL

Incontournable, au cœur de la première région industrielle de France, Métallurgie Rhodanienne jouera le rôle de pilote dans la mise en œuvre du programme européen EE-METAL. Objectif : aider les PME à mettre en place des mesures d'efficacité énergétique.
Métallurgie Rhodanienne en pointe sur le programme EE-METAL
Le président Paul Rolland

EconomieIndustrie Publié le ,

Les chiffres parlent d’eux-mêmes : avec 2 000 entreprises employant 53 000 salariés, dont 800 adhérentes à Métallurgie Rhodanienne, l’industrie métallurgique pèse d’un poids sans équivalent dans le département du Rhône. Une force de frappe unique pour s’adresser à l’ensemble du tissu industriel régional, que Paul Rolland, président de Métallurgie Rhodanienne, a décidé de mettre au service du programme européen EE-METAL.

« Il s’agit d’inciter et d’accompagner la mise en place de mesures d’efficacité énergétique dans les PME, explique-t-il. La métallurgie est par nature une grande consommatrice d’énergie, mais nos entreprises ont d’ores et déjà adopté une démarche éco-comportementale très poussée. Cependant les PME n’ont pas les mêmes ressources humaines, techniques et financières que les grands groupes pour agir sur le poste énergie. Avec le dispositif EE-METAL, nous allons leur donner les moyens de faire des économies d’énergie et de capitaliser sur des gains de productivité, avec un retour sur investissement possible en moins de deux ans. »

Dispositif d’amélioration continue lancé dans le cadre de la stratégie énergétique de l’UE 2020, EE-METAL réunit sept partenaires européens, dont Métallurgie Rhodanienne pour la France. Concrètement, les partenaires impliqués dans ce programme vont proposer, dès le 1er octobre, la mise en place d’outils dans les PME : audits énergétiques, formation de collaborateurs, processus de certification Iso 50 001, monitoring de l’énergie. La mise en œuvre du programme doit s’étaler sur trois ans.

« Pour des raisons logistiques et d’efficacité, les premières actions réuniront seulement un noyau dur d’entreprises, mais nous comptons démultiplier le bénéfice de ces actions et provoquer un effet de levier qui bénéficiera à toute la filière », commente Paul Rolland.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?