AccueilVie juridiqueMères lyonnaises : un mental de fer sous une toque de velours

Mères lyonnaises : un mental de fer sous une toque de velours

Mères lyonnaises : un mental de fer sous une toque de velours
© DR - Jacotte Brazier (à droite) veille avec bienveillance sur la nouvelle vague de cuisinières

Vie juridique Publié le ,

« Des cuisinières 3 étoiles ? Laissez-moi compter : Eugénie Brazier en 1933, Marguerite Bise en 1951, Anne-Sophie Pic en 2008… Et c’est tout ! » Jacotte Brazier lance une pique bien sentie aux professions gastronomiques, encore et toujours désespérément masculines. Empressée, joviale, débordante d’énergie, la petite-fille d’Eugénie était l’invitée d’honneur des dernières Rencontres Droit & Gastronomie, qui ont encore réuni beaucoup de monde, jeudi 17 novembre à MaPièce Bellecour.
Un peu impressionnée, surtout très honorée de sa présence, l’organisatrice de l’événement, Me Géraldine Morris-Becquet, était ravie d’accueillir « cette femme de passion et d’action » pour débattre de la condition féminine dans la restauration et du savoir-faire légué par les mères lyonnaises aux jeunes générations. Pour cela, l’avocate s’était entourée de deux cuisinières autodidactes. À commencer par Elisabeth Denis, chef de la Romanée et première femme Toque Blanche. Ou encore Audrey de Pouilly, chef du restaurant L’Ermitage, à Saint-Cyr-au-Mont-d’Or. « Aujourd’hui, j’ai beaucoup de stagiaires, raconte la jeune femme partie faire ses armes aux Etats-Unis, puis chez Sébastien Chambru et Michael French. Il a fallu du temps pour les faire venir : auparavant, ils étaient vraiment frileux à l’idée de bosser avec une fille. Tout au long de mon parcours, j’ai eu deux fois plus à prouver. » Dans la salle, c’est l’assentiment général. À commencer par les avocats qui, réunis autour de leur bâtonnière Me Laurence Junod-Fanget, ne peuvent que constater que de telles disparités existent encore dans la profession.

Eugénie Brazier, forte tête et grand cœur

« Ma grand-mère n’était pas tendre, mais elle m’a légué l’un des plus beaux noms de la région ! » C’est avec humour et émotion que Jacotte Brazier revient sur le parcours atypique de son aïeule. De sa naissance à Dompierre-sur-Veyle à son arrivée à Lyon, enceinte et illettrée. De son emploi chez la mère Fillioux à l’ouverture de son propre établissement, rue Royale, à l’âge de 26 ans. La suite, les Lyonnais la connaissent bien : le rachat de l'établissement du col de la Luère, un triplé gagnant au livre rouge et du flair pour choisir ses apprentis : elle engage un certain Paul Bocuse pour être venu jusqu’en haut de sa colline à vélo. Décédée en 1977, elle continue de vivre à travers l’association Eugénie Brazier, créée par sa petite-fille, qui délivre des bourses pour les cuisinières défavorisées ainsi qu’un prix de livres de cuisine. À ce jour, 24 jeunes filles en ont bénéficié.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 juillet 2022

Journal du02 juillet 2022

Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?