AccueilAutomobileMercedes « C » cabriolet : pour un flirt

Mercedes « C » cabriolet : pour un flirt

Présent partout. Mercedes élargit continuellement ses gammes de manière à se glisser dans tous les segments, sans laisser de répit à la concurrence. Après les SL et SLC, la marque à l'étoile investit ainsi la classe « C » avec un cabriolet d'entrée de gamme dont bien des constructeurs feraient leur vaisseau amiral.
Mercedes « C » cabriolet : pour un flirt
La classe " C " AMG Cabriolet

Art de vivreAutomobile Publié le ,

Dérivé de cette série proposant déjà berline, break et coupé, ce cabriolet accueille à l’aise quatre passagers dans ses 4,66 m sous une capote souple se manoeuvrant en 20 secondes même en roulant jusqu’à 50 km/h.

La calandre donne le ton avec une grille démonstrative parsemée de pointes argentées, une large barre chromée englobant l’étoile. Imposante dans des dimensions pourtant raisonnables, la ligne séduit de prime abord par sa pureté, son élégance naturelle.

On peut aimer la caresse du vent sans apprécier forcément la tempête. Avec un pare-brise incliné mais de belle hauteur recouvrant la tête des passagers avant, Mercedes a su protéger les occupants de remous désagréables. Un vrai cabriolet confortable, pas une monoplace. Après le désormais traditionnel chauffage de nuque dans les appui-tête, la marque innove encore avec un déflecteur rehaussant de quelques centimètres toute la largeur du pare-brise et un saute-vent qui prend place alors de manière inhabituelle derrière les deux sièges arrière. Ces deux aménagements se commandent ensemble par un simple bouton sur la console centrale.

Déjà alléchant sur le papier avec ses 367 chevaux, le C 43 AMG de notre essai a vite grimpé de plusieurs crans à l’indice de satisfaction par l’étourdissante allégresse de ses montées en régime bien servies aussi par une obéissante boîte auto à 9 vitesses. Miracle, on se trouve toujours sur le bon rapport, sans secousse, sans effort. Un régal ponctué par les grisantes explosions de l’échappement concluant les changements, à la montée comme à la descente. Le caractère du bolide se transforme encore selon le style de conduite sélectionné, près de 2 000 tours séparant, à la même vitesse, le mode confort de la conduite sport. Un freinage efficace et une accroche impériale dans les virolets gardant le véhicule à plat complètent le tableau d’honneur de ce 6 cylindres disposant de 520 Nmet ne réclamant que 4’’8 pour bondir de 0 à 100.

AMG propose encore deux V8 de 476 ou 510 ch qui permettent de grappiller quelques dixièmes sans donner forcément davantage de sensations dans la réponse au pied droit. Naturellement, les motorisations plus « classiques » ne manquent pas avec deux diesel de 170 ou 204 ch et cinq essence de 156, 183, 211, 245 ou 333 ch avec ou sans une transmission intégrale.

Si le précédent cabriolet C remonte à 35 ans, le nouveau promet de beaux jours à ses heureux propriétaires qui bénéficient de toutes les aides à la conduite du moment, et notamment de la détection de somnolence ou l’avertissement d’un risque de collision. Avec trois finitions, la gamme s’étage de 44 650 à 108 700 €, le C 43 AMG réclamant de casser sa tirelire pour aligner 75 900 €. Sans compter, comme d’habitude, une multitude d’options supplémentaires.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?