Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Mercedes-Benz Classe B : plein cap sur la « high tech »

le - - Automobile

Mercedes-Benz Classe B : plein cap sur la « high tech »

Le rayonnement mondial de Mercedes-Benz lui permet de croire encore au monospace et donner une troisième génération à la Classe B. Ce nouveau monospace compact habitable tente d'établir le compromis entre berline, break et SUV.

Conformément au principe fondateur de la Classe B, sa troisième génération repose sur les bases de la dernière Classe A, lancée il y a un an à peine. Sa parenté la plus voyante tient à la réinterprétation de sa calandre en gueule de requin, en moins agressif, qui suffit à insuffler une identité forte à une silhouette plus passe-partout que celle de sa matrice. En évitant toutefois la lourdeur visuelle d'un monospace, pour se fondre dans les traits d'une carrosserie mi-break mi-berline d'allure tonique.

Plus « aérienne » que sa devancière dans sa dégaine, la nouvelle Classe B a également pris 2,6 cm en longueur, pour mesurer 4,42 m, et un centimètre en largeur et abaissée d'autant. Avec ses porte-à-faux raccourcis et son empattement étiré de 3 cm, le gain en habitabilité s'impose dès l'installation à bord. Assis plus haut de 9 cm que dans une Classe A, les occupants avant bénéficient d'une vaste vue panoramique. Et avec le pack confort Energizing Coach, le siège du conducteur innove au niveau de sa cinématique, en produisant d'infimes changements d'inclinaison du coussin d'assise et du dossier au fil des kilomètres, modifiant insensiblement sa posture pour mieux résister ainsi à la fatigue.

Par contre, le coffre de 455 litres en a perdu 33 en configuration 5 places. Et moins lorsqu'on rabat la banquette arrière fractionnable 40/20/40. Où le cinquième passager, assis au milieu à l'arrière, est gêné par l'étroitesse de la banquette et la présence d'un tunnel de transmission qui sert la version haut de gamme 4Matic (4x4).

Un singulier dialogue homme-machine

Également repris de la Classe A, les deux immenses écrans qui trônent spectaculairement sur la planche de bord incarnent l'extrême modernité de la B en matière de navigation et connectivité. Surtout dans la meilleure variante Widescreen arborant 2 dalles de 26 cm. Son pilotage par commande vocale « Hey Mercedes » perfectionné, via le système multimédia MBUX (Mercedes-Benz User Experiences), instaure un singulier dialogue homme-machine qui semble donner une âme à l'auto. La navigation peut également s'afficher en réalité augmentée et le conducteur profite d'une instrumentation numérique perfectionnée, avec affichage tête-haute en option. Trois « lignes » de finition (Style, Progressive et AMG), ainsi qu'une offre Business réservée aux entreprises, enrichit progressivement les équipements, nombreux, variés et raffinés, qu'escorte une liste d'options longue comme le bras conforme à l'esprit « premium ».

Les 4 cylindres essence turbo à injection directe dernier cri sont extraits de la Classe A : 1.33 essence turbo de 136 (B 180) et 163 chevaux (B 200), et 2 litres 224 chevaux 4x4 (250 4Matic), avec des prix compris entre 32 500 et 49 350 €. Le turbo-diesel 1,5 litre de 116 ch (B 180d) d'origine Renault-Nissan est chapeauté par un 2 litres remanié qui délivre 150 (B 200d) et 190 ch (B220d), et étrenne une inédite boîte auto 8G-DCT à double embrayage et 8 rapports (de 34 850 à 47 450 €).

Au volant de ce groupe motopropulseur traction avant tonique et réactif, le châssis trace sans peine sa trajectoire avec agilité, précision, confort et sans roulis, bien contenu, même sans l'amortissement piloté optionnel (1 200 €). Correct, le freinage gagnerait à plus de mordant. Mais cet attelage performant (8,3 secondes de 0 à 100 km/h avec le 150 ch), et silencieux, sait aussi se montrer sobre, autour des 6,5 l./100 dans la circulation routinière, voire moins. Enfin, les aides à la conduite actives fourmillent et concourent à la sécurité, mais jusqu'à s'avérer parfois (trop) intrusives lorsqu'elles corrigent la direction.

Habitable comme se doit de l'être un monospace, le nouveau Classe B se présente néanmoins plutôt comme un Sports Tourer, une « grande compacte » à tendance sportive. Mais le prochain apport d'une banquette arrière rabattable 60/40 et coulissante sur 14 cm, ainsi qu'un siège avant droit repliable, en option, renforceront sa vocation de monospace.




Fabien RIVIER
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer