AccueilActualitéEditos-BilletsMenus sans viande, tambouille lyonnaise : l'édito de Stéphanie Borg

Menus sans viande, tambouille lyonnaise : l'édito de Stéphanie Borg

Des menus sans viande dans les cantines lyonnaises, il n'en fallait pas plus pour transformer agriculteurs, politiques et commentateurs en cocotte-minute. L'édito de Stéphanie Borg, rédactrice en chef.
Menus sans viande, tambouille lyonnaise : l'édito de Stéphanie Borg
Pixabay

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Dans une ville qui déploie son énergie depuis 2000 ans pour conserver son titre de « capitale mondiale de la gastronomie », la « bonne bouffe », c'est sacré !

Deux mots énoncés par la Ville - "sans viande" et non pas sans poisson, ni œuf - et c'est tout le microcosme qui s'agite. Les agriculteurs manifestent, les parents d'élèves s'insurgent et portent l'affaire en justice, les opposants crient au diktat et à l'idéologie tandis que le maire défend une mesure sanitaire.

Un concert de casseroles assourdissant

Du bruit au balcon tellement assourdissant qu'il remonte jusqu'au sommet de l'État et envahit l'espace médiatique, ouvrant des débats sur le coup de l'émotion, oubliant le fond et les principaux intéressés. De nombreux écoliers lyonnais s'en plaignent : on ne mange pas très bien dans les cantines scolaires - les collèges et les lycées n'étant pas exempts.

Depuis longtemps, leurs gestionnaires, pressés par la maîtrise des coûts, ont fermé les yeux sur la qualité. Certes, on a introduit du bio et du local, mais c'est toute une chaîne et un mode de fonctionnement et d'approvisionnement qu'il conviendrait vraiment d'évaluer.

Sincèrement, on préfère quand les commentateurs expliquent au monde entier que des universitaires lyonnais et grenoblois ont collaboré sur une partie de l'équipement du robot d'exploration (l'instrument Supercam) de la mission Perseverance qui s'est posée il y a quelques jours sur Mars. Plutôt qu'ils se mêlent de notre tambouille lyonnaise.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?