AccueilEconomieLa Start-up qui change votre quotidienmedGo réalise 15 % de son CA avec les hôpitaux lyonnais

medGo réalise 15 % de son CA avec les hôpitaux lyonnais

La start-up parisienne propose une plateforme digitale pour accompagner le recrutement des personnels soignants. Alors qu'elle affirme collaborer avec près de 1 000 établissements en France, l'agglomération lyonnaise fait partie de ses axes de croissance.
medGo réalise 15 % de son CA avec les hôpitaux lyonnais

EconomieLa Start-up qui change votre quotidien Publié le ,

« A mi-2019, l'agglomération lyonnaise représente près de 15 % de notre chiffre d'affaires, qui devrait être compris entre 2 et 2,5 M€ en 2019 », explique Antoine Loron, cofondateur à Paris de medGo. La jeune entreprise, qui emploie 30 personnes en Ile-de-France, propose une solution en modèle SaaS pour « gérer efficacement le réseau de personnel des structures de santé et apporter des réponses à l'absentéisme ». Lancée en février 2017, la plateforme bénéficie d'un business model récurrent et fonctionne par abonnement « en fonction de la taille de l'établissement et du nombre d'utilisateurs pour des coûts mensuels d'une centaine à quelques milliers d'euros par mois ». Elle assure fournir près de 1 000 établissements de santé comme des hôpitaux publics, des cliniques privés et des Ehpad partout en France. « Les établissements utilisateurs constatent des effets sur le management de leur personnel : temps de gestion divisé par quatre, recours aux agences d'intérim divisé par deux, taux de mission pourvue à 80 % », selon medGo.

Après une première levée de fonds d'1 M€ au démarrage, medGo envisage une seconde levée de fonds « nettement plus élevée mais au montant non encore complétement défini », selon Antoine Loron, pour « accélérer son développement commercial en France, embaucher des développeurs informatiques pour le déploiement de nouveaux modules et amorcer l'international ».

medGo compte devenir « la première plateforme de recrutement des 9 millions de soignants en Europe ». L'international s'ouvrira selon deux champs : « des hôpitaux publics européens manifestent un intérêt pour notre solution et des clientes cliniques privées en France, au rayonnement international, nous proposent d'équiper leurs autres établissements », explique Antoine Loron.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?