AccueilCollectivitésMarseille Fos drague les entrepreneurs lyonnais

Marseille Fos drague les entrepreneurs lyonnais

Pourquoi choisir Marseille plutôt que les grands ports du Nord pour importer ou exporter ses conteneurs depuis ou à destination de l'Asie ou du continent américain ? Avec une part de marché de 55 % région Auvergne-Rhône-Alpes et une position de leader à l'échelon national, Marseille Fos a de solides atouts. Mais pas assez au goût de la direction qui a organisé cette semaine une opération séduction auprès des grands décideurs lyonnais.
Marseille Fos drague les entrepreneurs lyonnais
D.R.

Collectivités Publié le ,

« Il est impensable aujourd’hui que les chargeurs de la région lyonnaise ne passent pas par Marseille Fos ». Cette déclaration retentissante, on la doit à Christine Cabau-Woehrel directrice Générale et présidente du Directoire du Port de Marseille Fos.
Dans un secteur portuaire européen ultra concurrentiel, l’infrastructure méridionale, première du genre au niveau national (en tonnage de marchandise, avec 81 millions de tonnes traitées en 2016 soit une progression de 20% en quatre ans) se pose comme une alternative aujourd’hui crédible aux grands ports du Benelux que sont Anvers ou Rotterdam.

Une géographie facilitatrice

Et ce ne sont pas les arguments qui manquent en faveur du Sud selon l’ancienne patronne du Port de Dunkerque : « Nous traitons tout type de marchandise, nous facilitons les formalités administratives douanières et nous proposons un service client adapté aux besoins des chargeurs en promouvant le plus possible le report modal en fonction de l’urgence des délais de livraison ».
Sans oublier les six dernières années sans conflits sociaux, une grosse épine, qui, par le passé, n’avait pas facilité la promotion du port. Sur ce point, la directrice de Marseille assure que les relations sont plus apaisées entre la direction et les syndicats, précisément depuis la réforme portuaire engagée en 2011.
Mais l’argument géographique reste le plus pertinent à travers l’analyse topographique : qu’il s’agisse fluvial, du rail ou de la route, les flux entre Lyon et Marseille sont plus directs que par un passage de par le nord. Un cargo partant de Shanghaï arrivera à Marseille en 32 jours contre 36 à Anvers ou Rotterdam. Aussi, les deux agglomérations comptent 17 navettes ferroviaires par semaine.
En région, Staubli, Vicat, Ligne Roset ont déjà fait le choix de Marseille Fos. La cité phocéenne n’est résolument plus seulement tournée vers la mer.

Julien Thibert

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 21 mai 2022

Journal du21 mai 2022

Journal du 14 mai 2022

Journal du14 mai 2022

Journal du 07 mai 2022

Journal du07 mai 2022

Journal du 29 avril 2022

Journal du29 avril 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?