AccueilEconomieMarketing sensoriel : la start-up lyonnaise Deepidoo aide les enseignes à se réinventer

Marketing sensoriel : la start-up lyonnaise Deepidoo aide les enseignes à se réinventer

La start-up lyonnaise Deepidoo a développé une plateforme permettant aux entreprises de déployer leur identité sensorielle dans tous leurs points de vente.
Marketing sensoriel : la start-up lyonnaise Deepidoo aide les enseignes à se réinventer

Economie Publié le ,

500 %. C'est la croissance insolente qu'affiche Deepidoo entre 2016 et 2019. C'est aussi la raison pour laquelle cette start-up lyonnaise a pris la 36e place au classement des "Champions de la croissance" établi par le journal Les Echos. La start-up compte aujourd'hui 17 collaborateurs (15 à Lyon, un à Paris et deux à Valence, en Espagne).

Deepidoo a été fondé en 2013 par Alexandre Assous et Yann Féminier. Passionnés par le retail, les deux associés ont une conviction : avec les nouvelles technologies, il faut "améliorer l'expérience client et théâtraliser le parcours d'achat. Sinon, tout le monde va partir sur Amazon !", résume Yann Féminier.

Cap sur la Chine et les Etats-Unis

Et pour améliorer l'expérience client, Deepidoo a développé une plateforme permettant aux grands groupes de déployer leur identité sonore, visuelle et olfactive de façon uniforme, dans chacun de leurs points de vente, quels que soient les pays où ils sont implantés. Car parfois, les entreprises mettent au point une stratégie de marketing sensoriel très coûteuse, mais qui n'est pas appliquée partout.

Certaines enseignes, comme Nature et Découvertes, font office de référence en matière de marketing sensoriel avec une odeur, des contenus visuels et des sons très distinctifs. Les principaux clients de Deepidoo sont de grands groupes français et européens de retail (comme ÏDKids, qui détient Okaïdi et Oxybul) ou de l'hôtellerie restauration (tels que Courtepaille).

Ces deux secteurs ont beaucoup souffert de la crise en 2020. Deepidoo a ainsi vu son chiffre d'affaires stagner à 1,6 million d'euros. "Pourtant, le magasin a encore de beaux jours devant lui, assure Yann Féminier, il doit simplement se réinventer." L'objectif pour 2021 : se déployer en Chine et aux États-Unis.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?