AccueilHomme ou femme de la semaineMarie-Soriya Ao booste le cluster Éco-Énergies

Marie-Soriya Ao booste le cluster Éco-Énergies

Le cluster Éco-Énergies veut définitivement s'imposer comme l'acteur fédérateur incontournable de la filière éco-bâtiment. Et compte sur l'expertise et le dynamisme de Marie-Soriya Ao, sa déléguée générale, pour y parvenir.
Marie-Soriya Ao booste le cluster Éco-Énergies

EconomieHomme ou femme de la semaine Publié le ,

Le cluster Eco-Energies, (200 adhérents, 3 salariés, 500 000 € de budgets en 2015), fédère tous les acteurs de la performance énergétique des bâtiments. Voilà ce qui a séduit Marie-Soriya Ao, sa déléguée générale depuis décembre 2013. " Ici, il n'y a pas qu'un acteur, qu'un seul maillon de telle ou telle filière. Nous sommes un réseau, représentatif de toute une chaîne autour de projets collectifs communs ", souligne l'ingénieure, diplômée de l'Université technique de Besançon.

Une position qu'affectionne cette passionnée d'architecture, mais qui lui a préféré l'univers, plus global, du bâtiment. " Il faut que je puisse combiner les deux univers : le terrain, avec les adhérents, et le bureau d'étude, c'est la partie un peu plus institutionnelle", confie l'énergique trentenaire.

C'est donc assez naturellement qu'elle s'oriente vers l'animation. Après une première expérience comme chargée d'étude à Rhonalpénergie-Environnement, elle devient secrétaire générale adjointe de la Capeb de la Drôme, avant d'être chargée de mission environnement à la Capeb Rhône-Alpes.

Désormais, elle souhaite, en parfait accord avec Sylvain Braine, président du Cluster, accélérer la cadence. Fort de la réforme territoriale, le cluster va progressivement s'élargir à l'Auvergne où, contrairement à d'autres associations, il n'y a pas d'équivalent sur le territoire. " Nous sommes en train d'identifier quelques projets pour nous positionner et démontrer notre savoir-faire. Par l'exemple, nous pensons pouvoir convaincre des adhérents sur place ".

Une démarche qui s'inscrit dans une valorisation globale de l'expertise du cluster. " Il est assez peu reconnu en dehors du cercle de l'éco-construction. Notre volonté reste de devenir encore plus indispensable et incontournable. Nous allons œuvrer dans ce sens sans oublier les adhérents actuels, pour lesquels nous allons proposer la mutualisation de certains services : achats groupés, communication favorisée, repérages de projets collectifs ", poursuit la clarinettiste, passée par le Conservatoire lyonnais. Sportive accomplie, elle a " toujours de nouvelles idées en tête ". Dont un salon réunissant les clusters nationaux qui pourrait se tenir à Lyon à la fin de l'année prochaine.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?