Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Métropole / Marc Grivel : « Vers la fin d'un centralisme rampant »

le - - Collectivités

Métropole / Marc Grivel : « Vers la fin d'un centralisme rampant »
© Métropole de Lyon - Marc Grivel, maire de Saint-Cyr-au-Mont d'Or

David Kimelfeld vient de confier à Marc Grivel, maire de Saint Cyr-au-Mont-d'Or et vice-président en charge de la cohésion territoriale et synergies métropolitaines transversales, une mission sur la gouvernance territoriale de la métropole et la place des communes. Il s'agit autrement dit, d'organiser et de renforcer la représentativité des 59 maires pour la prochaine mandature qui débutera en mars 2020.

« Nous sommes entrés dans une séquence très importante qui va préfigurer le fonctionnement de la métropole à l'issue des prochaines élections en 2020 » explique Marc Grivel, qui après cinq ans de combat au sein du conseil métropolitain, avec le groupe Synergies-Avenir qu'il conduit, se voit confier une mission déterminante dans la représentativité future des maires du territoire.

Tandis que l'article 54 de la loi Maptam (ndlr : modernisation de l'action publique territoriale et d'affirmation des métropoles) prévoit l'élection des élus communautaires au suffrage universel direct (à l'instar des Municipales) pour 2020, s'est greffée la problématique de la représentativité des 59 communes puisqu'elles n'auront pas toutes voix au chapitre au sein du conseil métropolitain.

« Cette mission consiste donc en la participation de l'ensemble des maires dans la construction de la métropole, avec l'objectif que chacun d'entre eux puisse émettre des avis circonstanciés pour exprimer leur accord, leurs réserves ou leur désaccord sur un sujet. Ils siégeront aux Conférences territoriales des maires et à la Conférence métropolitaine des maires. Nous avons là un exécutif, qui se soucie de l'avis des maires. C'est la fin d'une centralisme rampant». Si l'on en croit l'élu, les avis iront au-delà de l'aspect consultatif et selon le niveau de vote, pourront être pris en compte dans les décisions de l'exécutif.

Et David Kimelfeld d'argumenter ainsi : « En engageant cette mission destinée à renforcer le rôle de la Conférence métropolitaines des maires, je veux redonner à chacun des 59 Maires de notre territoire la possibilité d'intervenir directement sur les choix de notre collectivité. Ils sont les élus les plus proches de nos concitoyens et je veux m'appuyer sur leur expertise et leur connaissance très fine de leur territoire. Avant d'engager des politiques publiques, il est essentiel pour moi de m'appuyer sur les élus qui connaissent parfaitement les problèmes auxquels sont confrontés leurs concitoyens. Trop souvent la Métropole de Lyon est jugée trop technocratique ou trop éloignée des préoccupations quotidiennes de ses habitants et les Maires se font utilement le relais de ces reproches ».

L'objectif pour l'édile à court terme est d'établir des propositions concrètes d'ici le 15 juillet au président de la Métropole de Lyon.




Julien THIBERT
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer