AccueilCollectivitésMADE iN passe à la vitesse « supérieure »

MADE iN passe à la vitesse « supérieure »

MADE iN passe à la vitesse « supérieure »
© DR - MADE iN entretiendra d'étroites relations avec les entreprises

Collectivités Publié le ,

Après la création de l’Institut Marc Perrot en 2008, Sainte-Marie Lyon entame le chantier d’un nouveau campus dédié à la formation supérieure. Investissant l’ancien site des archives départementales sur les hauteurs de Fourvière, l’institution catholique proposera diverses formations post-bac du BTS au Master à l’horizon 2020. Son originalité ? Dispenser tout à la fois des enseignements de management, art & design, entrepreneuriat et international. Son nom ? MADE iN. « « Made » pour la noblesse du « faire », « In » pour l’international et l’innovation », détaille Marc Bouchacourt, directeur de l’établissement éducatif communément référé sous le nom de Maristes. En se positionnant à mi-chemin entre le parcours universitaire et ceux des grandes écoles internationales, Sainte-Marie Lyon ne cache pas ses ambitions : développer les connivences entre les mondes pédagogique et entrepreneurial. « Nous cherchons des personnalités en devenir, des étudiants dont l’œil pétille. Et nous avons fait le pari que la culture générale dans l’entreprise, c’est la condition pour respirer, » poursuit le responsable.
Cinq années de travaux et 18 M€ seront nécessaires pour transformer intégralement le site. Sous le crayon de l’architecte Marie Adilon, le bâtiment sera totalement reconfiguré et abritera une trentaine de classes pouvant accueillir entre 20 et 70 jeunes. L’ensemble de 6 000 m2 réunira également une salle de conférence de 500 places dans la cour intérieure. De 180 étudiants en 2011, l’institut Marc Perrot en comptabilisait 500 la rentrée dernière. Grâce à ce nouvel outil pédagogique, il s’agit désormais de doubler ces effectifs.

Un appel au mécénat

Pour aider le projet à aboutir, la fondation des Maristes de Puylata a lancé une vaste campagne de financement. Présidée par Olivier Ginon, dirigeant de GL events et « ancien élève du fond de classe » de l’institution catholique, cette dernière vise autant les entreprises que les anciens élèves, qui pourront bénéficier de contreparties en fonction des sommes versées (privatisation des locaux, mise à disposition de compétences). Elle a déjà recueilli plusieurs engagements significatifs, à l’instar du Conseil régional qui a annoncé sa participation à l’effort financier. Laurent Wauquiez a rappelé que, dès son premier budget, il avait augmenté de 40 % le support d’aide à l’investissement consacré aux lycées catholiques et privés.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?