Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Mablink accélère l'efficacité des candidats-médicaments

le - - La Start-up qui change votre quotidien

Mablink accélère l'efficacité des candidats-médicaments
Stéphanie Polette - Jean-Guillaume Lafay et Warren Viricel, fondateurs de Mablink

Grâce à une technologie de masquage brevetée au niveau international, la start-up Mablink Bioscience œuvre dans l'oncologie et offre une solution à une réelle barrière technologique dans les thérapies ciblées.

Warren Viricel est docteur en pharmacie. Il a étudié les nanoparticules à l'université de Montréal avant de revenir à Lyon avec une technologie qu'il a imaginée transposable pour l'oncologie. Il a mis au point un protocole de masquage pour le transport des candidats-médicaments de type ADC (les conjugués anticorps-médicament) qui consiste à rendre le médicament invisible par l'organisme. « Le traitement peut ainsi atteindre de manière plus sélective les cellules cancéreuses sans être prématurément éliminé par l'organisme. Cela améliore significativement les effets thérapeutiques grâce à l'augmentation du temps de circulation du médicament dans le sang, tout en réduisant considérablement la toxicité du traitement », selon Mablink.

« Cette techno n'a jamais été utilisée dans la pharma. Nos clients potentiels sont les fabricants de candidats-médicaments et toutes les biotechs. En théorie, tous les cancers peuvent bénéficier de cette innovation », selon Warren Viricel qui a procédé aux recherches et à la preuve de concept au sein du laboratoire ICBMS - Institut chimie biochimie moléculaire et supramoléculaire de l'université Claude Bernard Lyon 1, avec le soutien du professeur Benoit Joseph et du Centre de recherche en cancérologie de Lyon, dont le professeur Charles Dumontet, tous deux aussi actionnaires très minoritaires de Mablink.

La start-up a intégré le programme de recherche Pulsalys, qui l'a doté de 380 000 €, pour mener le protocole jusqu'aux essais cliniques. Cette avance de Pulsalys devrait se transformer en une prise de participation de la Satt au capital de Mablink. Elle a aussi bénéficié de 125 000 € levés auprès d'un dirigeant d'un pôle d'une vingtaine d'entreprises en juin 2019 et de 250 000 € de Bpifrance. Deux autres programmes de recherches devraient lui permettent de compléter le financement de l'ordre de 600 000 € au total, avant de procéder à une nouvelle levée de fonds de plus d'1M€ en 2020.

Du chiffre d'affaires devrait être réalisé courant 2020 grâce à sa plateforme technologique mise à disposition des sociétés de biotechs. « Nous démarrons en interne le développement pré-clinique de deux candidats médicaments ADC pour la prise en charge de certains types de cancers hématologiques. Le second objectif indirect de ces programmes de recherche est de démontrer notre expertise dans le domaine ADC afin de nouer des partenariats, dans le cadre de cession de licence de notre technologie et de co-développement », explique Warren Viricel.

Installée à la fois chez Pulsalys et au sein de l'ICBMS, Mablink compte « une équipe opérationnelle d'une dizaine de personnes et trois salariés à partir de septembre 2019 ».




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer