Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Métallurgie rhodanienne - Paul Rolland, nouveau président : « L’optimisme engendre la réussite »

Publié le - - Services

Métallurgie rhodanienne - Paul Rolland, nouveau président : « L’optimisme engendre la réussite »
(DR)

« La métallurgie m’a beaucoup apporté, je lui dois un juste retour.

» Paul Rolland, qui succède à Gilbert Marchiol au poste de président de la Métallurgie rhodanienne, aime prendre des risques et relever des défis. Ancien champion de France en vol relatif et recordman d’Europe contact, ce parachutiste et instructeur chevronné, âgé de 55 ans, sait mener de front plusieurs passions. La métallurgie est celle de 33 ans de carrière professionnelle.
Après une formation de base mécanicienne, il obtient un CAP de tourneur fraiseur rectifieur, un diplôme qui a une valeur importante, « celle du travail », précise-t-il. Il fait ses armes au sein d’une petite société lyonnaise, puis, à 22 ans, se lance dans l’aventure et crée une entreprise de micromécanique de précision, et, dans la foulée, démarre une activité laser avec son frère. Les rachats d’une entreprise de la filière textile au groupe Rhône Poulenc fibres, puis de deux autres au service de l’industrie agroalimentaire, spécialisées dans l’écrasement des céréales, viennent élargir les activités de STEEC. Cette société de travaux par électroérosion et électrochimie, située à Brindas, emploie aujourd’hui 22 personnes et affiche un chiffre d’affaires de près de 2,4 M€. « Elle est performante et rentable », affirme Paul Rolland, qui envisage prochainement la mise en place d’une nouvelle méthodologie statutaire avec une gouvernance partagée, dans un objectif de croissance externe.

Le fer de lance est la formation

Président des petites entreprises de la métallurgie de 2001 à 2004, membre élu à la Chambre de commerce et d’industrie de Lyon, vice-président de l’ECAM (Ecole catholique des arts et métiers) et membre actif de plusieurs organismes de formation, Paul Rolland est un militant patronal engagé qui n’a pas hésité à reprendre des études pour obtenir un master de contrôle de gestion, quelques années après avoir créé son entreprise. « J’avais besoin d’outils pour diriger, ajoute l’homme qui veut mettre l’accent sur la formation. La formation est primordiale. Aujourd’hui, il faut avoir des compétences pointues. Il faut redonner du sens à l’apprentissage, à tous les niveaux d’études. Les jeunes n’ont pas confiance en l’avenir, aussi il nous appartient, à nous chefs d’entreprise et industriels de la métallurgie, de leur donner de la visibilité et de les conduire vers des formations d’excellence, valorisantes et diplômantes. »

« Il faut miser sur l’industrie, porteuse de richesses et d’emplois »

Conscient que l’hiver économique s’annonce rigoureux et que sa tâche sera empreinte d’écueils, Paul Rolland garde néanmoins la tête haute et porte le regard au loin. « Je saurai diriger ma maison et celle de la métallurgie en dehors des récifs. Je reste optimiste, mais il ne faut pas se leurrer, car nous vivons dans une insécurité latente. » Etre à l’écoute des chefs d’entreprise de la métallurgie, de leurs problématiques et de leurs attentes, leur apporter une aide sociale, gérer les relations entre les grandes et les petites structures et surtout ouvrir le dialogue avec le gouvernement sont les grandes missions du nouveau président de la Métallurgie rhodanienne. « Il faut miser sur l’industrie car elle est porteuse de richesses et d’emplois. Notre pays doit être attractif pour les entreprises, qui ont besoin de facilités pour embaucher. Faisons confiance à la nature humaine. »

Agnès Giraud-Passot


A l’origine d’initiatives lyonnaises

L’Association métallurgique du Rhône a été créée en 1872 avant de devenir l’Union des industries et métiers de la métallurgie rhodanienne, avec sa propre école, reconnue par l’Etat. En 1934, elle est à l’initiative des allocations familiales patronales et en 1942, de la première médecine du travail. Le premier centre d’apprentissage interentreprises, l’AFPM, est lancé sous la houlette de la Métallurgie du Rhône en 1961 et la première campagne sur l’égalité professionnelle et la promotion des femmes dans les métiers traditionnellement masculins voit le jour en 2001.


La métallurgie en Rhône-Alpes

• 230 524 salariés, soit 52 % des salariés de l’industrie
• 8 329 entreprises, soit 38 % des établissements industriels
• 40 % du chiffre d’affaires de l’industrie (10 Md€ dans le Rhône)
• 73 % de l’excédent commercial industriel
• 50 % des investissements industriels
• premier pôle mondial de sous-traitance mécanique
• premiers pôles européens nucléaire et génie climatique
• première région française mécanicienne, de métallurgie et transformation des métaux, d’électrique et électronique, de médical et instrumentation médicale.




GiB
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer