AccueilEconomieIndustrieLyon veut devenir la capitale européenne de l’immuno-infectiologie

Lyon veut devenir la capitale européenne de l’immuno-infectiologie

Candidate à l’accueil d’un futur biocluster européen, Lyon s’efforce de mobiliser l’ensemble de l’écosystème régional pour convaincre de sa légitimité.
Florence Agostino-Etchetto, directrice générale de Lyonbiopôle, Yannick Neuder, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à la Recherche et l’Innovation, et Philippe Sans, président de Lyon Biopôle.
© Jacques Donnay - Florence Agostino-Etchetto, directrice générale de Lyonbiopôle, Yannick Neuder, vice-président de la Région Auvergne-Rhône-Alpes délégué à la Recherche et l’Innovation, et Philippe Sans, président de Lyon Biopôle.

EconomieIndustrie Publié le ,

Évoquée au début de l’été 2021 par Laurent Wauquiez, la candidature de Lyon pour héberger un futur biocluster européen centré sur l’immuno-infectiologie prend forme. Toujours moteur sur ce dossier, la Région laisse cependant la main au pôle de compétitivité Lyonbiopole pour structurer la démarche et réunir les acteurs qui sont prêts à s’engager dans le projet.

Paul-Alan Dollinger, directeur général délégué de Sanofi Pasteur : "Nous avons prouvé notre capacité à rebondir"

"Après plusieurs mois de travail, nous sommes prêts", assure Philippe Sans. Le président du pôle de compétitivité lyonnais peut déjà compter sur un noyau dur de partenaires comprenant notamment les six fondateurs de Lyonbiopole : Sanofi Pasteur, bioMérieux, Boehringer Ingelheim Santé Animale, Becton Dickinson, le CEA et la Fondation Mérieux.

Philippe Sans, président de Lyonbiopôle : "Renforcer l'ancrage régional"

L’objectif affiché du futur biocluster est de favoriser une recherche de rupture, pour faire face aux prochaines pandémies. "Car la crise Covid a montré l’impact des maladies émergentes. Nous devons donc renforcer nos outils et anticiper la réponse à de futures épidémies", rappelle le professeur Bruno Lina.

Un biocluster à Lyon pour fédérer les initiatives en immuno-infectiologie

Le biocluster doit permettre de structurer les initiatives, en réunissant sur un même territoire tous les acteurs de la prévention, du diagnostic et des traitements. Les équipes engagées dans cette démarche travailleront en priorité sur les virus émergents, les maladies respiratoires et l’antibio-résistance.

Pour l’heure, cependant, aucun calendrier n’a été fixé pour les prochaines étapes de validation officielle et de mise en œuvre du projet. Aucun financement précis n’a été inscrit en face non plus. Mais la Région Auvergne-Rhône-Alpes et la Métropole de Lyon ont déjà confirmé leur intention de s’engager derrière les acteurs industriels.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 03 décembre 2022

Journal du03 décembre 2022

Journal du 26 novembre 2022

Journal du26 novembre 2022

Journal du 19 novembre 2022

Journal du19 novembre 2022

Journal du 12 novembre 2022

Journal du12 novembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?