AccueilActualitéLyon-Turin : l'Union Européenne va payer plus, facture allégée pour la France

Lyon-Turin : l'Union Européenne va payer plus, facture allégée pour la France

L'Union Européenne va prendre à sa charge 55 % de la facture pour la réalisation du tunnel et des aménagements nécessaires au projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin, au lieu des 40 % initialement prévus. Soit près de 1 milliard en moins à financer par l'Italie et la France.
Lyon-Turin : l'Union Européenne va payer plus, facture allégée pour la France
© Caroline Moureaux - Outre le tunnel, les accès constituent un point stratégique du projet ferroviaire Lyon-Turin.

Actualité Publié le ,

L'Union Européenne prendra à sa charge 55 % de la note pour la réalisation du tunnel et des aménagements nécessaires au projet de liaison ferroviaire Lyon-Turin, au lieu des 40 % initialement prévus.

Cette disposition a été actée dans le cadre de l'accord conclu récemment entre la Commission, le Parlement et le Conseil de l'UE sur le règlement 2021-2027 du Mécanisme pour l'Interconnexion en Europe (MIE), le programme dédié au financement des infrastructures de transport. Cet accord entrera en vigueur après le vote formel du Parlement de Strasbourg dans le courant de l'été.

1 milliard en moins à financer par l'Italie et la France

Cette décision attendue depuis deux ans va permettre de réduire la note à 1,8 milliards d'euros pour la France (2,4 pour l'Italie), pour un chantier évalué au total à 8,6 milliards d'euros. Pour le seul chantier du tunnel transfrontalier sous les Alpes, les dispositions du nouveau règlement MIE représentent près de 1 milliard en moins à financer par l'Italie et la France.

Ces dispositions concernent aussi le cofinancement des indispensables voies d'accès à l'ouvrage transfrontalier dont la programmation est toujours incertaine côté français. En effet, si le tunnel de 57 km sous les Alpes est la pierre angulaire de la liaison, l'UE rappelle régulièrement que c'est bien l'ensemble des 270 km de liaison entre Lyon et Turin qui est stratégique pour connecter les réseaux européens et atteindre des objectifs ambitieux de report modal sur le rail européens. Pour les accès français, cela représenterait un apport de l'UE supérieur à 2 Mds€.

Un scénario choisi à l'automne 2021 ?

"L'Europe confirme la possibilité de taux de co-financement sans précédent, à la hauteur des enjeux écologiques et économiques du Lyon-Turin. Il est essentiel que l'Etat saisisse dès maintenant cette opportunité exceptionnelle pour accélérer la programmation des voies d'accès françaises", plaide Jacques Gounon, président du Comité pour la Transalpine. Celui-espère désormais une accélération du dossier, alors que trois scénarios sont à l'étude.

Une quatrième réunion du comité de pilotage est prévue à l'automne 2021 pour présenter les résultats des analyses approfondies de ces trois scenarios et "acter le choix d'un scénario unique d'aménagement de la ligne existante et de phasage de la ligne nouvelle sur lequel seront engagées les études opérationnelles" selon les pouvoirs publics.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?