AccueilActualitéSociétéLyon-Turin au coeur de la politique européenne d’infrastructures

Lyon-Turin au coeur de la politique européenne d’infrastructures

Au lendemain des « Rencontres de la Transalpine » qui se sont déroulées le 2 décembre dernier à Lyon, le Lyon-Turin est sur le devant de la scène.

ActualitéSociété Publié le ,

Ce projet a connu au cours de ces dernières semaines une avancée considérable : le lancement des travaux du chantier de la Maddalena en Italie, l’approbation du nouveau tracé par les autorités italiennes, l'accord sur la répartition financière signé entre les ministres français et italien et son intégration comme une des premières priorités du réseau de base de transport de l’Union européenne. Effectivement en octobre dernier, deux propositions ont été adoptées par la Commission européenne. La première concerne le nouveau réseau central de transport de l’UE composé de 10 grands corridors irriguant l’ensemble de l’Union européenne du Nord au Sud et d’Est en Ouest. La nouvelle liaison Lyon-Turin est au coeur du corridor méditerranéen (n° 3) reliant Séville/Algesiras via Madrid/Valence/Barcelone à Milan, Venise, Ljubljana et Budapest, soit 10 des grandes agglomérations européennes. A ce titre, elle constitue une des priorités de la politique européenne d infrastructures, dont le réseau central doit être en service pour 2030 au plus tard. Un objectif largement atteignable pour ce qui concerne le nouveau tunnel franco-italien de la liaison Lyon-Turin. Avec un démarrage des travaux fin 2013, il pourrait être mis en service dès 2023-25. La commission a également adopté un plan de 50 milliards d’euros sur 7 ans (2014- 2020) destiné à financer ces infrastructures d’interconnexion au sein de l’Europe, dont 31,7 milliards sont réservés aux infrastructures de transport. Ces fonds seront alloués en priorité aux projets du réseau central et des financements européens jusqu’à 40 % sont proposés pour les maillons transfrontaliers situés à un « goulet d’étranglement » (massif montagneux, passage maritime) et des financements jusqu’à 20 % pour les itinéraires d’accès. De bonnes nouvelles donc pour ce chantier qui constituera un véritable relais de croissance avec la création de 6 à 10 000 emplois par an sur toute la durée des travaux.

C.B.-A

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?