AccueilEconomieLyon. Pourquoi Troops a choisi de rester définitivement à 100 % en télétravail

Lyon. Pourquoi Troops a choisi de rester définitivement à 100 % en télétravail

L'éditeur lyonnais de logiciels Troops a rendu ses locaux en septembre. Ses 55 salariés travaillent à domicile. Si quelques aménagements ont été nécessaires, la formule semble fonctionner puisque la productivité a augmenté de 25 %.
Lyon. Pourquoi Troops a choisi de rester définitivement à 100 % en télétravail

Economie Publié le ,

En ces temps de déconfinement, de plus en plus de salariés retournent au bureau. Sauf chez Troops, éditeur lyonnais de logiciels, où 100 % des salariés sont en télétravail. Et pour cause : Emilie Legoff, PDG de l'entreprise, a choisi de rendre, dès septembre, les 400 m² de locaux que l'entreprise louait place Bellecour.

"Après le premier confinement, en mai, nous avions mis en place toutes les mesures sanitaires pour permettre le retour des salariés sur site. Mais personne n'est revenu !", raconte Emilie Legoff. La flexibilité qu'offre le home office ayant visiblement séduit la majorité des salariés.

L'entreprise a gagné en productivité selon sa dirigeante

© DR / Emilie Legoff, PDG de Troops.

Et depuis que le tout-télétravail est instauré, l'entreprise a gagné en productivité : "+25 %", estime Emilie Legoff. Finis les trajets, la déconcentration liée à l'open space, mais aussi les temps de convivialité comme les pauses cafés, qui permettent de désamorcer les conflits. Pour résoudre ce problème, Troops organise, tous les deux mois, deux jours de séminaire. "C'est indispensable, estime Emilie Legoff. Notamment pour les nouveaux embauchés, qui n'ont jamais connu les bureaux."

Troops a tout de même conservé des petits locaux de 90 m², au centre de Lyon, permettant de se retrouver. "Nous envisageons de faire la même chose à Bordeaux, région où l'on compte plusieurs collaborateurs", précise la dirigeante. Et pour ceux qui ne disposent pas de bonnes conditions pour travailler chez eux, l'entreprise a loué des espaces de coworking à proximité de leur domicile.

Cette solution innovante possède un dernier avantage de taille : "J'ai pu recruter sur un large périmètre des profils très techniques que je n'aurais pas trouvés à Lyon", apprécie Emilie Legoff. Ce modèle, associé à la demande croissante en digitalisation, semble fonctionner. Le volume d'affaires de Troops, qui était de 500 millions d'euros en 2020, devrait bondir à 2 milliards en 2021.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?