AccueilCollectivitésLyon Perrache : la grande métamorphose

Lyon Perrache : la grande métamorphose

Enfin, le Centre d’Echanges Lyon Perrache (CELP) le plus ancien de France et le premier du genre en 1976, va faire peau neuve. Détails.
Lyon Perrache : la grande métamorphose
La fenêtre urbaine depuis la gare de Lyon-Perrache ©Dietmar Feichtinger Architectes / IDA+

Collectivités Publié le ,

A l’époque de son inauguration en 1976, le CELP était en avance en permettant de se faire se croiser les transports urbains dont le métro, les trains grandes lignes, une autoroute, des bus grandes lignes.

Mais les bâtiments actuels sont vécus depuis des années comme une véritable verrue urbaine, et surtout une barrière de toutes les mobilités au cœur de la ville.

La reconversion s’impose, pour redonner à la gare Perrache une nouvelle jeunesse et conforter son rôle stratégique au cœur de la Presqu’île et de la Métropole : « Plus ouvert sur les quatre points cardinaux, plus végétalisé, le projet permettra de retrouver du lien entre le nord et le sud de la Presqu’Ile, précise Béatrice Vessiller, vie présidente chargée de l’urbanisme à la Métropole de Lyon. »

L’opération est conjointement menée par la ville de Lyon, la Métropole et la SPL-Lyon-Confluence.

Le projet de réhabilitation porte sur une surface d’environ 25 750 m2, pour un montant total d’investissement de plus de 100 millions d’euros. Le CELP accueille 36 millions de voyageurs par an (72 millions prévus par an en 2030)

« Le CELP est un héritage, dit le maire Grégory Doucet, également président de la SPL Lyon-Confluence, nous souhaitons en faire un lègue positif aux habitants actuels et futurs de la Ville et de la Métropole de Lyon. La métamorphose du centre d'échange est attendue par les Lyonnaises et les Lyonnais. Elle est également une exigence urbaine si nous souhaitons rétablir les continuités historiques entre le nord et le sud de la Presqu’ile et poursuivre le ré-enchantement de la Confluence. »

L’appel à projets en vue de la requalification du centre d’échanges Lyon Perrache (CEPL) a été engagé en 2019 par la Métropole de Lyon, assistée de la SPL Lyon Confluence.

Au terme de la consultation, deux équipes ont remis une offre en mars 2022.

Elles ont été analysées par un comité de sélection composé d’élus de la Métropole de Lyon, de la Ville de Lyon et du conseil de l’ordre des architectes Auvergne-Rhône-Alpes le 8 juin 2022.

À l’issue de l’analyse des offres, le comité de sélection a choisi de retenir les opérateurs Apsys et Quartus, associés aux architectes Dietmar Feichtinger, Exndo et Alep, ainsi qu’au paysagiste Base.

"De ce lieu « mal aimé » qui tourne le dos à la ville, le projet CELP 360, conçu avec l’architecte Dietmar Feichtinger, se veut comme « une nouvelle destination lyonnaise désirable".

Cette extension et réhabilitation s’appuie sur les contraintes et atouts du bâtiment (trame capable de René Gagès, structure de Jean Prouvé notamment) pour ouvrir un nouveau cycle de vie de cet équipement : les circulations sont clarifiées et les fonctionnalités logistiques affirmées ; un axe nord-sud clair entre la place Carnot et la gare de Perrache à travers la Fenêtre Urbaine et des nouvelles destinations ascensionnelles (Halle Prouvé et Terrasses Perchées) offrant des vues à 360 degrés sur le paysage lyonnais sont proposées.

L’ensemble des toitures et terrasses du CELP 360 sont végétalisées (sur une superficie de près d’un hectare) avec des jardins boisés thématiques accessibles à tous et 2000m² de potagers. »

Calendrier

8 juin 2022 : désignation du groupement mené par Apsys comme lauréat ; 2023 : dépôt du permis de construire et signature d’une promesse de bail à construction ; 2024 : début des premiers travaux ; 2028 : date d’ouverture prévisionnelle du CELP 360.

Historique : la gare Perrache depuis 1850

Il serait intéressant de voir la tête de l’ingénieur Antoine-Michel Perrache devant les multiples évolutions du quartier qu’il a créé au XVIIIè siècle en agrandissant la surface de la presqu’Île en prolongeant le confluent du Rhône et de la Saône. Il ne vit pas la fin des travaux de son vivant et meurt à Lyon en 1776. La gare, elle, s’installera bien après, en 1850, et restera longtemps la principale gare de la capitale des Gaules.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

Journal du 16 juillet 2022

Journal du16 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?