AccueilImmobilier-TP-BâtimentLyon Métropole Habitat vise 500 logements par an

Lyon Métropole Habitat vise 500 logements par an

Né de la scission de l'ancien Opac du Rhône, le nouveau bailleur, constructeur et aménageur entend investir 86,5 M€ dans la production de nouvelles habitations sociales en 2016.
Lyon Métropole Habitat vise 500 logements par an
Photo YAM studio - - L'ancienne caserne Raby sera totalement réhabilitée en quartier d'ici 2030

EconomieImmobilier-TP-Bâtiment Publié le ,

Opérationnel depuis le 1er janvier, Lyon Métropole Habitat (LMH) hérite du patrimoine de l’ancien Opac du Rhône sur le territoire de la métropole. Agissant aux côtés de Grand Lyon Habitat et Est Métropole Habitat, le nouvel office public se retrouve à la tête d’un parc de 32 000 habitations, soit 20 % de la totalité des logements sociaux. Il gère aujourd’hui 65 000 locataires, disséminés sur 57 des 59 communes de son périmètre d’action.
« Nous avons passé toute l’année 2015 à organiser cet outil de la manière la plus fonctionnelle possible. À nous désormais d’apporter des réponses concrètes aux grandes questions de société », explique Bertrand Prade, directeur général de LMH. Cibles d’action prioritaires : les étudiants et les personnes âgées. On dénombre 3 000 appartements pour les jeunes travailleurs contre 300 logements neufs et plus de 1 000 habitats existants pour les seniors. Pour se différencier, le nouvel office public joue son atout : l’aménagement territorial, une compétence dont il est le seul à bénéficier sur la Métropole. En la matière, les chantiers ne manquent pas. Citons par exemple les Îlots Verts, à Saint-Priest, qui accueilleront 1 200 logements sur 13 ha à l’horizon 2020. Ou encore l’ancienne Caserne Raby, à Bron, prochainement reconvertie en quartier multifonctionnel.
L’autre mission de LMH est de permettre aux plus modestes de devenir propriétaires. Pour y parvenir, Martial Passi, président de Lyon Métropole Habitat, souhaite avant tout faire disparaître la notion de « logement social » : « Ce type d’habitation renvoie toujours une image négative, alors que 70 % des habitants y sont admissibles. Nous avons l'ambition de redorer son blason en proposant du cousu-main sur la métropole. » Exemple à La Confluence, où l’immeuble L’Esperluette proposera 31 logements neufs en accession sociale dès le troisième trimestre 2016. Lors de la vente, deux ans plus tôt, tous les appartements sont partis en un jour.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?