AccueilActualitéLyon et Villeurbanne : l'arrêté de port obligatoire du masque retoqué par la justice

Lyon et Villeurbanne : l'arrêté de port obligatoire du masque retoqué par la justice

Le tribunal administratif donne à la préfecture du Rhône jusqu'à mardi midi pour revoir les lieux et horaires concernés par la mesure entrée en vigueur le 1er septembre.
Lyon et Villeurbanne : l'arrêté de port obligatoire du masque retoqué par la justice
Adobe Stock - La justice donne quatre jours à la préfecture pour revoir l'arrêté de port obligatoire du masque à Lyon et Villeurbanne.

Actualité Publié le ,

L'arrêté de port obligatoire du masque dans l'ensemble des rues de Lyon et Villeurbanne vient d'être retoqué par le tribunal administratif de Lyon. Au cours des derniers jours, plusieurs collectifs avaient déposé des recours afin de contester une mesure portant, selon eux, atteinte aux libertés publiques.

La justice demande à la préfecture du Rhône "d'exclure de l'obligation du port du masque, d'une part, les lieux des communes concernées qui ne sont pas caractérisés par une forte densité de population (...) et les périodes horaires durant lesquelles aucun risque particulier de propagation du virus existe".

Le préfet va devoir revoir sa copie

Le tribunal administratif donne jusqu'à mardi 8 septembre à 12 h au préfet pour adapter le dispositif aux réalités du terrain. Faute de quoi, l'arrêté sera suspendu et le port du masque non obligatoire.

Dans un tweet, la préfecture du Rhône a réagi à cette décision, disant "prendre acte de la décision du tribunal administratif de Lyon", tout en continuant par ailleurs à défendre l'intérêt collectif de la mesure.

La préfecture précise qu'elle ajustera bien son arrêté avant mardi prochain, "en lien étroit avec l'Agence régionale de santé Auvergne-Rhône-Alpes et en concertation avec les villes de Lyon et Villeurbanne".

Le débat autour du port obligatoire du masque en zone urbaine est sans doute loin d'être terminé. Mercredi, un arrêté pris dans le Bas-Rhin avait déjà été retoqué par la justice. L'avocat du collectif "Victimes coronavirus France", Fabrice Di Vizio, a annoncé il y a quelques jours son intention d'attaquer l'ensemble des mesures de ce type prises dans l'Hexagone.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?