AccueilIndustrieLyon / Défense, sécurité : le cluster Eden mise sur l'Europe pour décrocher de nouveaux budgets

Lyon / Défense, sécurité : le cluster Eden mise sur l'Europe pour décrocher de nouveaux budgets

Chahutées par la crise Covid, les entreprises du cluster Eden - centré sur les problématiques de défense, sécurité et sureté - fourbissent leurs armes pour aller chercher de nouveaux financements dans le cadre du Fonds Européen de Défense.
Lyon / Défense, sécurité : le cluster Eden mise sur l'Europe pour décrocher de nouveaux budgets
Photo Ouvry - Equipements de se?curite? / de?fense Ouvry cluster Eden

EconomieIndustrie Publié le ,

Fidèle à la stratégie définie par ses initiateurs, il y a maintenant près de 15 ans, le cluster Eden entend plus que jamais fédérer les énergies pour passer le cap de la crise conjoncturelle. "Nous avons deux grandes ambitions pour l'avenir, confirme Ludovic Ouvry, son président : chasser en meute à l'export et innover." Et pour mettre en œuvre cette démarche, les membres du cluster souhaitent élargir leurs horizons, en tissant des liens étroits avec de nouveaux partenaires.

"Grâce à l'interclustering, nous serons en mesure d'aller chercher d'autres financements au niveau européen, précise Ludovic Ouvry. Nous ne pouvons en effet accéder aux budgets du Fonds Européen de Défense (FED) qu'en travaillant dans le cadre de consortium réunissant au minimum trois entreprises issues de trois pays européens différents."

Inciter les industriels européens à travailler ensemble

Opérationnel depuis le 1er janvier 2021, le FED est doté de 7 milliards d'euros pour la période 2021-2027. Il a pour ambition d'inciter les industriels européens à travailler ensemble sur des projets communs d'armement et, à terme, l'objectif est d'améliorer l'interopérabilité des équipements militaires des États membres et de renforcer l'autonomie stratégique de l'Union européenne.

Cette démarche avait d'ailleurs été initiée par Jean-Luc Logel, l'ancien président du cluster Eden, qui avait noué des liens avec le cluster allemand GSW. "Nous les reverrons le mois prochain à Düsseldorf, précise l'actuel président d'Eden. J'ai également pris contact avec le cluster britannique NDI, qui regroupe 200 sociétés de la Défense et sécurité."

"Les banques ne veulent pas prendre de risque en finançant des entreprises qui fabriquent et vendent des armes"

Export et innovation ne sont pas, cependant, les seuls sujets de préoccupation pour les acteurs de la filière. Au-delà de cette initiative visant à développer l'interclustering, Eden a donc décidé depuis plusieurs mois de plancher sur les difficultés, conjoncturelles mais aussi structurelles, que rencontrent ses adhérents. Sollicitées pour faire remonter des problématiques précises, plus de 40 entreprises ont notamment évoqué la question des financements.

"Placées sous la double pression des sanctions américaines, car les États-Unis redoutent la concurrence des entreprises françaises sur ce marché, et des ONG, les banques ne veulent pas prendre de risque en finançant des entreprises qui fabriquent et vendent des armes", regrette Ludovic Ouvry. Un problème qui impacte entre 20 et 30 % des adhérents du cluster, qui aujourd'hui rencontrent d'énormes difficultés pour lever des fonds.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?