AccueilEconomieIndustrieLyon : biokérosène, le pari d'Elyse Energy pour révolutionner l'aviation

Lyon : biokérosène, le pari d'Elyse Energy pour révolutionner l'aviation

Piloté par Elyse Energy, le projet BioTJet prévoit la construction d’une unité industrielle de production de biokérosène dont la mise en service est annoncée en 2027. De quoi bouleverser à terme le monde de l'aviation ?
Depuis Lyon et avec Elyse Energy, vers le développement d’une filière de production française de carburants aéronautiques durables.
© Pxhere / photo d'illustration - Depuis Lyon et avec Elyse Energy, vers le développement d’une filière de production française de carburants aéronautiques durables.

EconomieIndustrie Publié le ,

Entre 2010 et 2021, un consortium regroupant BioNext, Avril, Axens, le CEA, IFP Energies nouvelles, TotalEnergies et ThyssenKrupp - Industrial Solutions - a mis au point un procédé de fabrication de biokérosène durable à partir de biomasse composée de résidus issus de la sylviculture locale et de déchets de bois en fin de vie.

Le procédé BioTfueL comprend différentes étapes de séchage, torréfaction, gazéification et synthèse Fischer-Tropsch qui ont été validés avec un démonstrateur semi-industriel.

Aujourd’hui, l’étape d’une production à échelle industrielle démarre avec le projet BioTJet piloté par l’entreprise lyonnaise Elyse Energy, en partenariat avec IFP Energies nouvelles, Avril et BioNext.

Objectif : construire et opérer la première unité industrielle française de production de biokérosène avancé intégrant l’intégralité de la chaîne de procédés.

Projet biokérosène : 100 emplois de production et 600 dans la filière bois

"La première étape du projet devrait durer 18 mois et représente un budget d’un peu plus de 10 M€. Ca permettra de préparer le schéma d’approvisionnement en résidus forestiers, de définir la localisation et de dimensionner le site, et d’élaborer le projet industriel et le modèle économique", détaille Benoît Decourt, co-fondateur et directeur des opérations d’Elyse Energy.

Après une phase d’ingénierie détaillée d’environ un an, la construction de l’usine pourra débuter pour une mise en service en 2027. "Une vingtaine de personnes constitue l’équipe projet. A terme, BioTJet devrait créer une centaine d’emplois sur le site de production et 600 emplois directs dans la filière bois", ajoute Benoît Decourt.

Si le lieu d’implantation reste à choisir, il devra répondre à plusieurs critères : un bassin industriel, une proximité avec la matière première, une offre d’électricité renouvelable.

"Une option d’injection d’hydrogène vert obtenu par électrolyse de l’eau est à l’étude. A quantité de biomasse équivalente, l’ajout d’hydrogène dans le procédé permettrait de doubler la production de carburants", fait savoir le directeur des opérations.

Biokérosène : objectif 30 % de la consommation annuelle d’un aéroport comme Bordeaux Mérignac

BioTJet a reçu le soutien de l’Ademe dans le cadre du 4e Programme d’Investissements d’Avenir–France 2030 à travers l’Appel à Projets pour le « Développement d’une filière de production française de carburants aéronautiques durables ».

"L’investissement total s’élève à plusieurs centaines de millions d’euros", indique Benoît Decourt. D’ici cinq ans, BioTJet ambitionne de fournir aux acteurs du transport aérien un volume de biokérosène durable équivalent à 30 % de la consommation annuelle d’un aéroport comme Bordeaux Mérignac.

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 24 septembre 2022

Journal du24 septembre 2022

Journal du 17 septembre 2022

Journal du17 septembre 2022

Journal du 10 septembre 2022

Journal du10 septembre 2022

Journal du 03 septembre 2022

Journal du03 septembre 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?