AccueilServicesLPA croît de 5 % en 2015

LPA croît de 5 % en 2015

Avec un chiffre d'affaires à 56 M€, Lyon parc auto affirme avoir « un niveau de rentabilité satisfaisant » pour s'engager sur ses axes de développement : le stationnement de demain, la mobilité durable et la logistique urbaine.
LPA croît de 5 % en 2015
Guillaume Perret - Louis Pelaez préside LPA

EconomieServices Publié le ,

En 2015, la SEM, gestionnaire de 32 parcs (21 000 places de parking) et près de 40 000 places en surface, annonce 244 000 passages de plus qu’en 2014. « Notre chiffre d’affaires a augmenté car l’activité de nos parcs est elle aussi en croissance », analyse Louis Pelaez, P-dg de LPA. Les performances tiennent à la bonne fréquentation du parc de l’aéroport Lyon-Saint Exupéry qui engrange à lui seul 6 M€ de chiffre d’affaires, et au décollage des parcs Tony Garnier (soutenu par le musée des Confluences) et Fosse aux ours.


Les résultats dévoilés encouragent le gestionnaire à poursuivre ses projets sur trois axes. « Nous réfléchissons à l’évolution des usages des parkings pour demain, détaille le président de LPA. La construction de nouveaux espaces ne constitue pas l’unique solution. Nous nous positionnons sur la gestion de parkings privés sous-utilisés, par exemple, avec une start-up lyonnaise, Copark, qui apporte une technologie pour réserver et accéder à ces places. Ainsi 400 à 500 places seraient disponibles, dans des immeubles tertiaires du quartier de la Part-Dieu. En parallèle, notre réflexion porte sur les services à apporter au sein même des parkings. » Deuxième axe important guidé par les attentes de la Métropole : la mobilité durable. « Les contrats progressent sur Citiz LPA. 800 ont été signés en 2014, 1 340 en 2015 et, à fin juin 2016, le niveau atteint déjà 1 500 contrats. »

Devant la progression du phénomène d’auto-partage, LPA lance début juillet les scooters électriques en libre-service. Dix deux roues équiperont les parcs des Halles, de la Gare de la Part-Dieu et des Terreaux. Enfin, la logistique urbaine reste un axe fort pour LPA afin de trouver un modèle économique viable pour accompagner les transporteurs dans la gestion du dernier kilomètre. « LPA va recenser les besoins, réserver du foncier pour ce sujet et créer une offre en immobilier logistique pour les transporteurs », conclut Louis Pelaez.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?