AccueilCultureSpectacle vivantLoufoquerie musicale

Loufoquerie musicale

Après le festival d'Avignon, « Fugue » fait ses gammes à la Croix-Rousse.
Loufoquerie musicale
© Christophe Raynaud de Lage

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Samuel Achache a déboulé dans le monde du théâtre avec « Didon et Enée ». Co-signé avec Jeanne Candel, ce spectacle du Crocodile Trompeur a décroché le Molière du théâtre musical en 2014. L’été dernier, au festival d’Avignon, dans le In, ce comédien-danseur-musicien reprenait « Fugue » qu’il avait ébauchée à la comédie de Valence. Aujourd’hui, après une série de représentations aux bouffes du nord, cette une comédie musicale d’un genre nouveau est à l’affiche de la Croix-Rousse.
Les interprètes attendent le public, dans une cabane de trappeurs au pôle sud où une chercheuse allemande (Anne-Lise Heimburger) se réfugie pour oublier un amant mort. L’histoire n’est que prétexte à une fantasmagorie musicale, charpentée en forme de fugue et nourrie par des pages extraites d’un vaste répertoire qui va du Moyen Age à la deuxième moitié du XVIIIème siècle.
Six interprètes participent à cette « Fugue » élaborée collectivement au plateau par une équipe pluridisciplinaire. On se souvient de fulgurances mais aussi de quelques longueurs lors des représentations d’Avignon. Depuis, Samuel Achache a sans doute resserré le propos de ce spectacle complètement loufoque, pour six instruments et deux voix, une énième variation sur les choses de la vie et de l’amour. A voir et entendre absolument.

Théâtre de la Croix-Rousse, 2 au 6 février

Partager :
Articles similaires
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 02 juillet 2022

Journal du02 juillet 2022

Journal du 25 juin 2022

Journal du25 juin 2022

Journal du 18 juin 2022

Journal du18 juin 2022

Journal du 11 juin 2022

Journal du11 juin 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?