AccueilDossiersL'Odyssée des entrepreneurs 2021 à Villeurbanne : une boussole pour aider les entreprises

ÉVÉNEMENT L'Odyssée des entrepreneurs 2021 à Villeurbanne : une boussole pour aider les entreprises

Dans un climat économique toujours incertain, quoi de mieux qu’une boussole pour aider les entreprises à dépasser le brouillard ? C’est l’ambition de l’Odyssée des entrepreneurs programmée le 23 septembre à Villeurbanne, organisée par le MEDEF Lyon-Rhône.
L'Odyssée des entrepreneurs 2021 à Villeurbanne : une boussole pour aider les entreprises
© Medef Lyon-rhône - L'Odyssée des entrepreneurs est programmée le 23 septembre à Villeurbanne.

Dossiers Publié le ,

À quelques jours de son événement phare, l’Odyssée des entrepreneurs qui aura lieu le 23 septembre au Double Mixte de Villeurbanne, le MEDEF Lyon-Rhône prépare la rentrée de ses entreprises adhérentes et plus globalement invite l’ensemble des décideurs de la région lyonnaise à participer à cette grand messe de l’entrepreneuriat qui rythme depuis 10 ans maintenant le calendrier des chefs d’entreprises, toujours à la recherche de contacts, de réponses et d’idées pour développer « l’entreprise de demain ».

"Il faudra être au plus près des entrepreneurs, pour les aider mieux encore dans la reprise. Nous aurons aussi le devoir de travailler ensemble avec d'autres organisations professionnelles pour peser dans cet accompagnement des dirigeants et de leurs entreprises ; et nous devrons le faire dans une démarche la plus humaine possible.

Il y a donc un devoir de se mettre en mouvement pour avancer. Fort est le sentiment de fierté que l'on peut retirer d'une telle aventure entre- preneuriale. Il faudra peut- être trouver des solutions qui n'existent pas encore, mais nous serons là, aux côtés des entreprises". Voici comment Gilles Courteix définissait l’action du MEDEF Lyon-Rhône tandis qu’il en prenait officiellement la présidence en janvier dernier.


Jean-Louis Joly : "La force de notre représentativité"

- Emilie Legoff, PDG de Troops et présidente de la French Tech Lyon Saint-Etienne, satisfaite du 100 % télétravail

- Altheora veut gagner en indépendance industrielle


De nombreux intervenants

Au programme de L'Odyssée des entrepreneurs, une matinée de tables ronde et de keynotes pour nourrir le débat, le village des partenaires et une après-midi de networking inédite. Parmi les intervenants : Hervé Affagard (Matt Pharma), Delphine Horvilleur (philosophe et rabbin) Laurent de la Clergerie (LDLC), Valérie Poinsot (Boiron), Bruno Cercley (Rossignol)... et bien d’autres décideurs issus d’ETI de PME et de grands groupes.

Cette édition anniversaire donc, se déroule dans un temps économique particulier, un an et demi environ après le début de la crise sanitaire et économique. Le thème décliné cette année : « Boussole : décryptons les signaux pour apprivoiser le futur ».

En ce mois de rentrée, le plan de relance gouvernemental lancé il y a près d’un an a produit ses premiers effets. Mais dans le même temps, les conséquences de la crise sanitaire ont conduit à un bouleversement des marchés avec en toile de fond : les problématiques de recrutement, d’approvisionnement de certains matériaux et d’application des nouvelles mesures en entreprise liées au pass sanitaire.

En ces temps troublés, la boussole est-elle devenue la meilleure amie de l’entrepreneur ? Telle sera la question sous-jacente à ce grand rendez-vous économique tout juste automnal. 

Les organisateurs de l’événement ont ainsi souhaité poser le débat : « Du micro-fait à la macro-tendance, quels sont les changements conjoncturels et les profondes mutations économiques, environnementales et sociétales qui impacteront l’entreprise demain ? Comment être à l’écoute de ces signaux et comment savoir les décrypter ? »

La journée sera rythmée par trois axes de travail et de réflexions à travers les conférences et les ateliers : identifier, décoder et illustrer, les signaux faibles et les tendances lourdes ; mieux appréhender leurs impacts dans les entreprises ; les assimiler pour créer de nouvelles propositions de valeurs.

Philippe Barret (Apicil) : "Apicil est engagé aux côtés des entreprises et du Medef Lyon-Rhône depuis 1938"

Pour Philippe Barret directeur général du Groupe Apicil, partenaire historique de l’Odyssée des entrepreneurs (Ex-Printemps des Entrepreneurs, Ndlr) : "Apicil est engagé aux côtés des entreprises et du Medef Lyon-Rhône depuis 1938. Il s’agit d’un moment où nous sommes avec nos clients. Nous vivons une période d’incertitude accentuée. En tant qu’assureur, c’est notre mission que de gérer cette incertitude. Il est clair, que pour décrypter ces signaux plus ou moins forts, il ne faut être pas être tout seul et justement partager des visions et des ressentis à travers des moments forts comme l’Odyssée. La période que nous avons vécu ces derniers mois a modifié de nombreuses choses ne serait-ce que la digitalisation, la réorganisation du travail en entreprise et dans laquelle il a fallu réinventer le collectif. Ce sont des questions qui se posent. Il faut aussi rester humble face à ce mouvement de transformation et d’interrogations".

Et Philippe Barret de compléter : "Pour 2022, le sujet macro-économique sera l’inflation. Soit on connaîtra une surchauffe de l’économie soit un rattrapage. Sans oublier l’enjeu climatique qu’il devient urgent à prendre en considération. Nous avons aussi à réinventer, à réenchanter le travail. 

Autrement dit, comment gérer l’éloignement dû au télétravail et redonner l’envie de travailler avec de nouveaux modèles." 

Didier Bruno (Caisse d'Epargne Rhône-Alpes) : "L’Odyssée est en quelque sorte le miroir de ce que l’on est"

Pour Didier Bruno, membre du directoire en charge de la banque de développement au sein de la Caisse d’Epargne Rhône Alpes, l’autre partenaire Platinium de l’Odyssée des entrepreneurs, "l’engagement est le même. Cette Odyssée est devenue un rituel pour notre organisation. Nous sommes une entreprise, nous sommes des entrepreneurs et nous avons besoin une fois par an au moins, de nous retrouver ainsi avec les entreprises pour décrypter les signaux et essayer de comprendre comment le monde évolue. Pour nos équipes, c’est aussi un moment qu’elles attendent et qu’elles préparent avec assiduité. L’Odyssée est en quelque sorte le miroir de ce que l’on est"

Quand à l’année 2022 qui se prépare, Didier Bruno explique "qu’il n’est pas facile de prédire ce que sera l’avenir. Aujourd’hui le fonctionnement d’une banque c’est d’un côté l’épargne de ses clients et de l’autre des financements de l’économie. Nous devons être capables d’anticiper les tendances et les besoins de nos clients. Nous avons donc besoin de ce type de rendez-vous pour décrypter justement les signaux et trouver des réponses. Il y a aujourd’hui une certaine surchauffe de l’économie. Comment cela va se traduire sur l’inflation, les matières premières, sur l’emploi, la création et les taux d’intérêt ?  Nous avons besoin de recevoir et d’éclairer les clients".  

Tant chez Apicil que chez la Cera, l’humilité reste de mise face à ces grands défis à venir pour les entreprises. « Il faut se réjouir que les banques vont bien et qu’elles gagnent de l’argent. Cela permet aux entreprises de restructurer leur dette pour amender leurs business modèles et aborder leurs transitions. Cette crise a bien entendu des conséquences économiques mais surtout psychologiques individuelles et collectives » précise Didier Bruno.

 Emploi : des tensions mais des volontés de recruter

Tandis que se dessine la réforme de l’assurance chômage, qui entrera progressivement en vigueur à partir du 1er octobre, et qui va notamment durcir les conditions d’ouverture de droits au chômage, l’emploi figure parmi les grands défis du moment pour les entreprises.

Dans un marché devenu schizophrène, où les intentions d’embauches sont fortes sur un nombre grandissant de secteurs en tension, les entreprises ne parviennent pourtant pas à recruter.

Toutefois, dans son dernier baromètre du 4e trimestre 2021, ManpowerGroup prévoit une progression nette d’emploi en France de 37 %. Et c’est dans le secteur manufacturier que les entreprises affichent les prévisions les plus élevées. Le secteur de l’hôtellerie-restauration s’inscrivant dans une dynamique légèrement en retrait par rapport aux autres secteurs. Parmi les principaux enseignements de cette étude : des intentions d’embauche qui progressent (33 points gagnés en un an). Dans le secteur Centre-Est, la prévision nette d’emploi s’affiche à + 40%, en croissance de 39 points en un an. 

La boussole, outil de circonstance

Dans cette perspective de transformation des entreprises, de réorganisation du travail et donc des équipes, qui font l’entreprise, une cartographie précise des postes à proposer et in fine à adapter aux nouveaux profils de potentiels collaborateurs eux-aussi en pleine réinvention, s’impose donc. La boussole est ainsi plus que jamais l’outil de circonstance, utile aux chefs d’entreprise pour les nouvelles épopées entrepreneuriales dans lesquelles ils souhaitent embarquer leurs équipes.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?