AccueilEconomieServicesLoïc Renart : hôtelier ingénieux

Loïc Renart : hôtelier ingénieux

A quelques pas de la place Bellecour, dans une rue préservée de l’agitation urbaine pourtant toute proche, le Globe & Cecil se tient fièrement depuis… 1850.

EconomieServices Publié le ,

« C’est l’un des hôtels les plus anciens de Lyon, si ce n’est le plus ancien. Il a toujours été exploité », note Loïc Renart. Le propriétaire des lieux mène toujours l’enquête à propos du nom de l’établissement. L’endroit, bien considéré par le Vatican et ainsi fréquenté par les prélats, s’appelait le Globe et Rome jusqu’en 1905, date de la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Puis « Rome » a été changé pour « Cecil », peut-être en référence à un établissement d’outre-Manche au style comparable, le propriétaire de l’époque était d’origine anglaise. L’histoire plus récente du Globe & Cecil, Loïc Renart la connaît en revanche de source sûre. Son grand-père rachète l’affaire en 1966. « Il a proposé à ma mère de travailler avec lui », raconte le jeune homme de 36 ans. En 1987, le grand-père décède accidentellement, mais sa fille poursuit l’exploitation. Loïc Renart grandit tout près des 60 chambres - aux décorations toutes différentes - de l’hôtel de charme. Mais comme son frère et sa soeur, il construit son parcours bien ailleurs.

UN OEIL NEUF SUR L’HÔTELLERIE

Devenu ingénieur paysagiste, à Lille, il fait des espaces verts son métier pendant dix ans. Avant de proposer à sa mère, en 2010, un projet de reprise. Désormais seul propriétaire à bord, Loïc Renart s’est fixé trois objectifs : « Pérenniser, optimiser et développer ». « Nous avons le charme d’une maison de famille et la qualité d’un hôtel », aime-t-il dire. Un occupant lui a soufflé un jour le compliment. Avec une clientèle à 80 % « affaires », le Globe & Cecil a développé un savoir-faire précis, renforcé par une salle de séminaire de bon volume. Loïc Renart aborde rapidement un sujet qui lui tient à coeur : l’évolution récente de l’hôtellerie et plus précisément de ses modes de commercialisation. Avec internet, quelques plateformes de réservation sont devenues incontournables. Mais la multiplication des intermédiaires n’est pas vraiment du goût du dirigeant, qui plaide plutôt pour les circuits courts. Pour lui, les commissions prélevées forment autant de ressources qui auraient pu être réinvesties dans l’outil de travail. Internet fait aussi la part belle aux commentaires et autres notations. Certains sites permettent aux internautes de juger des établissements qu’ils ont fréquenté… ou pas. Loïc Renart a opté pour un module intégré au site web du Globe & Cecil. Objectif : garantir l’origine des critiques, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.


Lire la suite dans le Tout Lyon Affiches n° 5060 du samedi 3 août 2013…

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 15 janvier 2022

Journal du15 janvier 2022

Journal du 06 janvier 2022

Journal du06 janvier 2022

Journal du 01 janvier 2022

Journal du01 janvier 2022

Journal du 23 décembre 2021

Journal du23 décembre 2021

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?