Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Linder : créativité et innovation made in France

le - - Entreprise de la semaine

Linder : créativité et innovation made in France
DR - Linder fabrique des tissus au mètre et des produits de décoration

L'entreprise familiale implantée sur quatre sites dans le secteur de Tarare se considère comme « une survivante de l'industrie textile ». Du tissage à la teinture, en passant par la création et la commercialisation, Linder maîtrise l'ensemble de la chaine de valeur. Cette fabrication française lui assure une présence dans 58 pays.

« Si la tendance est au rideau prêt-à-poser vert canard, nous sommes capables de créer et de fabriquer un produit tendance très rapidement. Cette réactivité, notre créativité et le fait d'avoir l'ensemble de l'outil industriel intégré nous permettent de rester compétitifs et performants. Là où nos concurrents sont, souvent, devenus des plateformes qui gèrent des produits importés », selon Virginie Linder, en charge des développements produits de Linder et quatrième membre de la famille au comité de direction de l'entreprise présidée par son père Patrick Linder. Depuis cinq générations, l'entreprise évolue dans le textile en fonction des attentes du marché.

Linder s'est dotée d'un outil de fabrication complet et intégré : le bureau de style et la confection à Violay, le tissage à Saint-Marcel-de-Félines, dans la Loire, et la teinture à Tarare. Au total, l'entreprise emploie 180 personnes dont 95 dédiées à la production. Ils activent 80 métiers à tisser régulièrement changés pour conserver la qualité. L'entreprise affirme « tisser 10 millions de mètres par an, consommer 650 tonnes de fils et équiper, de ses rideaux prêt-à-poser, 2,5 millions de fenêtres par an ». « Il y a une dizaine d'années, nous avons réinvesti dans un métier à tisser Jacquard car la tendance revenait. Régulièrement, nous changeons dans notre parc machines pour pouvoir répondre tout de suite à la demande », souligne Virginie Linder. En 2018, Linder s'est dotée d'un ourdissoir en 4,20 m pour tisser de la grande largeur là où les métiers standard tissent en 1,40 m.

L'entreprise vend sous sa marque Linder Tisseur Créateur dans les grandes surfaces de bricolage et d'équipement de la maison, principalement des rideaux prêt-à-poser, des voilages, des boutis, des plaids, des nappes, des coussins… Les magasins de tissus lui achètent des rouleaux de tissus au mètre et les tapissiers indépendants des petits métrages. Cette organisation industrielle, une des rares en Europe, lui permet de réaliser 22 M€ de chiffre d'affaires et de servir une palette large de clients pour des produits adaptés à chaque clientèle de particuliers. Plus de 20 % du chiffre d'affaires sont réalisés à l'international. Son premier client est les Etats-Unis où Linder a installé une filiale commerciale.

L'innovation fait partie intégrante de la stratégie de l'industriel. Après deux ans de recherche, Linder vient de lancer un rideau dépolluant dont son tissu « détruit 90 % des polluants les plus courants mais aussi les plus toxiques dans l'air des maisons : les formaldéhydes et les aldéhydes ».

« Une gouvernance qui projette dans l'avenir », Virginie Linder

Quelle est la particularité de la gouvernance de Linder ?

L'entreprise est toujours aux mains de la famille. Je suis la cinquième génération. Sa gouvernance comprend actuellement trois branches de la famille : mon père Patrick, un P-dg très actif, et moi ; Pierre-Marc Linder, le cousin germain de mon père en charge des RH, du volet industriel et des investissements ; Cyril Linder, également cousin germain de mon père, directeur commercial France et Europe, et sa fille Julia qui a intégré l'équipe commerciale.

Parlez-nous du « processus de recrutement » des membres de la famille.

La famille a imposé des règles. Tout d'abord, il faut un poste opérationnel disponible. Nous n'embauchons pas un commercial ou un ingénieur de la famille si l'entreprise n'en a pas besoin. Ensuite, ce membre de la famille doit justifier des compétences et de l'expérience requises pour occuper le poste. Enfin, le coopté doit avoir envie de travailler en famille. Une décision importante à prendre en compte. Un autre élément est essentiel : pour limiter l'éclatement de l'actionnariat, un seul membre de la famille succède par branche. Mes frères ont choisi une autre orientation. Je serais la seule de notre branche, à intégrer l'entreprise.

Quel est intérêt de procéder ainsi ?

Nous pouvons aisément nous projeter dans l'avenir. On sait que la suite est assurée et nous souhaitons tous que cela perdure. Et personne n'a la pression pour intégrer l'entreprise. De mon côté, c'était un choix assumé.




Stéphanie POLETTE
Journaliste

Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer