AccueilCultureSpectacle vivantLes « Tragédies de juillet » de Gwenaël Morin

Les « Tragédies de juillet » de Gwenaël Morin

Après Ajax, Oedipe roi et Électre, voici que Gwénaël Morin remet le couvert cet été avec la création de ce qu'il a baptisé les « Tragédies de juillet ».
Les « Tragédies de juillet » de Gwenaël Morin
©creative commons - Le spectacle sera donné sur le parking du théâtre du Point du jour

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Soient "Les Exilées" ("Les Suppliantes") d'Eschyle, "Iphigéniechez les Taures" (Iphigénie en Tauride) dans la nouvelle traduction de Irène Bonnaud et "La Mort d'Héraklès" ("Les Trachiniennes") de Sophocle et dans celle de Malika Bastin-Hammou. Après les Molière de Vitez qui ont entamé une tournée, victimes de leur succès, et Andromaque cet hiver au Point du jour, voilà que Morin revient aux tragédies grecques, qu'il a l'air d'affectionner particulièrement. Sauf que cette fois, ça se passe sur le parking du théâtre alors que l'an dernier, cela se passait dans le quartier et que les comédiens ne sont évidemment pas les mêmes.

Refaire (presque) la même chose au même endroit, c'est sa façon de résister, explique Gwenael Morin, dont on connaît le goût pour le théâtre classique dans son plus simple appareil. Façon de résister au flot d'images qui nous assaillent, « de résister à l'asservissement du désir, d'insister, de revenir sur le même point » dit-il, de revenir à l'essentiel, le texte et de creuser patiemment un sillon.

Trois tragédies, donc, parce qu'à l'époque de leur écriture, les pièces étaient jouées par trois, de façon presque systématique, du lever du jour à la tombée de la nuit. Aussi parce que ces trois pièces « racontent l'histoire du choeur grec » précise celui qui avoue prendre un singulier plaisir à l'expérience que l'équipe a fait l'an dernier, jouer l'intégrale à l'aube. « Un rituel exceptionnel et inattendu, résultat de la tension entre le tragique et la promesse d'une journée d'été. Peut-être même que les trois semaines avant ne sont là que pour préparer ce matin-là » ajoute t-il malicieusement. On le comprend, les sensations de l'an dernier sont encore bien présentes quand on convoque ses souvenirs. À revivre, donc !

Nuits de Fourvière, parking du théâtre du Point du jour, 7 au 9 juillet, 14 au 16, 21 au 23 et l'intégrale le 29, www.nuitsdefourviere.com

Partager :
Abonnez-vous
  • Abonnement intégral papier + numérique

  • Nos suppléments et numéros spéciaux

  • Accès illimité à nos services

S'abonner
Journal du 12 août 2022

Journal du12 août 2022

Journal du 05 août 2022

Journal du05 août 2022

Journal du 30 juillet 2022

Journal du30 juillet 2022

Journal du 23 juillet 2022

Journal du23 juillet 2022

S'abonner
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?