AccueilActualitéEditos-BilletsLes tests de la discorde, l'édito de Stéphanie Borg

Les tests de la discorde, l'édito de Stéphanie Borg

L'initiative de la Région Auvergne-Rhône-Alpes de tester la population au Covid-19 à grande échelle fait débat quant à son efficacité. D'autant plus alors que se profile le scrutin des régionales... L'édito de Stéphanie Borg, rédactrice en chef.
Les tests de la discorde, l'édito de Stéphanie Borg
© Eric Seveyrat - Tests au lycée Charles de Foucauld vendredi 18 décembre en présence de Laurent Wauquiez.

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Alors que le mot vaccination est sur toutes les lèvres, et que, même symboliquement, la campagne devrait débuter avant la fin de l'année 2020, Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de se lancer, relativement seule il faut le dire, dans une opération "à grande échelle" de dépistages de ses habitants.

Pourtant, et malgré les 2,2 millions de test mis sur la table, l'initiative interroge. Est-ce réellement efficace, alors même que la Slovaquie, un pays de 5,458 millions d'habitants, d'une taille inférieure à notre région qui avait appliqué cette méthode, a convenu d'un résultat mitigé ?

Est-ce opportun alors même que le budget régional est soumis à pression et que l'opération à petite échelle et très encadrée du Havre ou Charleville-Mézières – une opération décidée par le gouvernement après avoir lancé un appel au volontariat – n'est pas encore analysée ?

Les élections régionales en perspective

Est-ce simplement "politique" comme le soulignent les quelques opposants et la position assumée des maires – souvent verts - des grandes villes de sa région, qui ne sont pas enclins à ouvrir, en masse, les portes des lieux dont ils ont la charge aux tests régionaux ?

Des maires qui, pour une fois, penchent du même côté que le gouvernement ou le conseil scientifique dubitatif, alors qu'aucune décision ne trouve grâce à leurs yeux, à commencer par la fermeture des lieux culturels et dans une moindre mesure les derniers commerces non-essentiels encore fermés.

Même apparemment isolé, Laurent Wauquiez, poursuit, déterminé son dessein régional. Car, loin des radars, les élections régionales sont encore maintenues pour le mois de mars 2021. Et qu'un boulevard, même semé d'arbres et de quelques fleurs de temps en temps, se dessine pour celui qui n'est encore officiellement pas candidat à sa succession, mais qui se comporte comme tel.

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?