AccueilEconomieServicesLes temps modernes…

Les temps modernes…

Le pied sur l’accélérateur.

EconomieServices Publié le ,

Constamment. Ne pas perdre une minute d’un temps ô combien précieux. L’aphorisme est quasi éternel : « Le temps, c’est de l’argent ». Le travail et son tourbillon de connexions, qu’elles soient physiques ou virtuelles ; des courriels à foison, comme autant de strates d’un mille-feuille relationnel devenu indigeste ; les rendez-vous de la sphère privée qui entrent en collision avec ceux du domaine public ; s’adapter en permanence ; suivre la mode, jalon social d’une existence aux forts accents de consumérisme proche d’un acmé pourtant sans cesse réévalué ; la révolution numérique qui a, en profondeur, changé notre façon de voir, de paraître, d’échanger, de rencontrer, de savoir… Sycophantes d’une société en mouvement perpétuel et dynamique, nous nous laissons happer, sans lutter, par ces événements itératifs qui rythment notre quotidien quasi irrationnel. Et pour illustrer la puissance du maelström, citons les soldes. Les enseignes déversent un flot ininterrompu d’êtres conditionnés, obnubilés par l’exigence de résultats. L’angoisse d’un achat raté, la phobie de la vacuité, la crainte du manque. Vite, vite, j’y cours…
Ralentir ? Impossible, rétorquera le candide. Et pourtant, un fait, imperceptible, a marqué la semaine. Oh, pas grand-chose, une infime unité de temps. Une toute petite seconde à dire vrai. Sous la sibylline épithète d’intercalaire, cette seconde a été rajoutée pour compenser le ralentissement de la rotation de la Terre. En clair, le mardi 30 juin, à titre exceptionnel, les cadrans du monde entier ont affiché « 23 : 59 : 60 » ! Si cet incrément n’a eu aucun impact sur les individus et les machines (quoique ! Souvenons-nous des pannes informatiques occasionnées par le précédent ajout de 2012, et les problèmes rencontrés par Firefox, notamment, et révélés après coup), il a permis de rattraper le retard accumulé sur les horloges atomiques, outils de mesure du temps de référence depuis 1967. Une pause somme toute fugace, éphémère…
Les pauses seront sûrement salvatrices sur la route, alors que se profilent les grands départs en vacances, dans la touffeur de ce début juillet. Se reposer, prendre son temps pour pleinement jouir de congés estivaux mérités. En tout cas, rituel immuable et concomitant de cette vaste transhumance, le 1er juillet a véhiculé son lot de réformes. Un train de mesures gouvernementales, dont certaines concernent la sécurité routière. Outre celle qui consiste à abaisser la vitesse de quelques portions routières de 90 à 80 km/h (une expérimentation aura lieu sur la RN7 dans la Drôme), la mesure la plus emblématique touche les écouteurs, casques et autres oreillettes sans fil, appendices désormais proscrits pour les conducteurs. Le non-respect de la règle au volant entraînera ipso facto une amende de 135 € et un retrait de trois points du permis.
Une manière aussi de briser la dépendance au portable. Dans l’optique de ne plus ressembler à ces marionnettes sous le joug du tout connecté. En évoquant ici les marionnettes, difficile d’occulter l’avenir des Guignols, nés en 1988, qui pourraient disparaître de la grille des programmes de Canal+ à la rentrée. Que leur reproche-t-on ? D’être dépassés ? Incarnations d’un autre temps ? N’en déplaisent aux agelastes, les adeptes de l’émission satirique de la chaîne cryptée montent au créneau, réclamant le maintien d’une fenêtre humoristique au cœur d’un PAF par trop aseptisé. Dans un monde éreintant et trouble, il serait judicieux de prendre le temps de rire un peu !

L.O

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?