AccueilCultureSpectacle vivantBells & spells / les sortilèges de Victoria et Aurélia Thierrée aux Célestins

Bells & spells / les sortilèges de Victoria et Aurélia Thierrée aux Célestins

Voilà que les fêtes arrivent, et avec elles leur lot de spectacles de Noël, aux reflets de boules brillantes. Les Célestins ne font pas exception à la règle, qui nous offrent pas moins de deux spectacles à enchaîner, si le cœur vous en dit. On vous propose aujourd'hui de Bells and spells de Victoria Thierrée. Pour Amour de la compagnie Marie de Jongh, ce sera la semaine prochaine.
Bells & spells / les sortilèges de Victoria et Aurélia Thierrée aux Célestins

CultureSpectacle vivant Publié le ,

Bells and and spells est une coproduction du théâtre des Célestins avec le théâtre de Carouge de Genève. Un spectacle de Victoria Thierrée Chaplin, co-créatrice du Cirque Bonjour (devenu Cirque invisible aujourd'hui) et costumière de son fils James Thierrée, entre autres, avec Aurélia Thierrée, sœur de l'un et et fille de l'autre où la demoiselle incarne une charmante cleptomane en robe à broderies.

Pendant un peu plus d'une heure, elle va faire disparaître et apparaître quantité d'objets qu'elle vole dans chacune des saynètes qui se succèdent doucement. Elle ne va pas manquer de disparaître aussi, dans un tourniquet ou bien derrière des draps blancs, puis réapparaître de nouveau dans un nouveau costume, comme cette formidable robe bleue qui se détache en morceaux ou encore celle qui se meut toute seule.

Dans le monde d'Aurélia Thierrée, les objets prennent vie, des drôles de créatures surgissent, comme cet oiseau improvisé à partir d'un cintre et de quelques accessoires, les porte-manteaux parapluie se transforment en improbable monture. L'univers est teinté de sépia, de vieilles malles enfouies au grenier où l'on retrouve de vieux costumes défraîchis mais toujours somptueux, d'anciennes mélodies de tango ou de musiques gitanes hongroises.

C'est une sorte de mélancolie diffuse qui dégage un parfum d'antan tandis que Aurélia Thierrée et ses quatre acolytes animent cette douce torpeur de leurs fantaisies absurdes et surréalistes. On retrouve quelque chose de l'univers de James Thierrée, ils ne sont pas frère et sœur pour rien, mais il y a ici une épure comparée à l'exubérance du créateur de la compagnie du Hanneton.

Théâtre des Célestins, jusqu'au 31 décembre, www.theatredescelestins.com

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?