AccueilCollectivitésLes services de l’Etat préparent la fusion Rhône-Alpes / Auvergne

Les services de l’Etat préparent la fusion Rhône-Alpes / Auvergne

Annoncée haut et fort par le gouvernement, qui en a fait l’un des symboles de sa « grande ambition réformatrice », la refonte de la carte des régions fait figure de redoutable défi pour les services déconcentrés de l’Etat.

Collectivités Publié le ,

La mise en œuvre de ce chantier, qui doit officiellement aboutir au 1er janvier 2016, avec la création officielle de 13 nouvelles régions, a été placée sous l’autorité de préfets préfigurateurs chargés de piloter et d’animer les travaux. Michel Delpuech, préfet du Rhône et de Rhône-Alpes, s’est vu confier cette tâche pour la fusion des régions Auvergne et Rhône-Alpes.

« La fusion des régions s’accompagnera bien évidemment d’une réforme de l’administration territoriale de l’Etat en région », a-t-il expliqué, mercredi 13 mai, à Lyon, à l’occasion d’un séminaire. Pour cette journée de travail, Michel Delpuech avait notamment convié, outre Michel Fuzeau, préfet de la région Auvergne, les préfets départementaux, les directeurs d’académie et les directeurs généraux d’ARS (Agences régionales de santé). « Nous avons profité de cette réunion pour faire ressortir les premiers axes de la nouvelle organisation des services de l’Etat, développe-t-il. L’objectif est de repenser l’organisation de nos services de manière transversale, tant au niveau régional que départemental, afin de la rendre plus efficace et plus proche des citoyens et des élus territoriaux. »

En Rhône-Alpes Auvergne comme dans tout l’Hexagone, la première des priorités pour le préfet préfigurateur et pour ses équipes sera de rassurer les personnels présents sur le terrain. Car la réforme, si elle est d’ores et déjà validée dans les faits par le monde de l’entreprise, tant au niveau des CCI que des instances patronales, ne fait pas l’unanimité chez les personnels. « Elle a créé des inquiétudes et des doutes en termes d’emplois, notamment sur le pôle de Clermont-Ferrand, que nous allons nous appliquer à lever », commente Michel Fuzeau. Une tâche ardue, à n’en point douter, qui demandera beaucoup de patience et une certaine force de persuasion aux représentants de l’Etat. Car il sera bien difficile, en effet, d’expliquer aux 12 800 fonctionnaires concernés (9 400 en Rhône-Alpes et 3 400 en Auvergne), que cette réforme de simplification se fera sans bouleversement de leurs conditions d’exercice.


.../...


Lire la suite dans Le Tout Lyon Affiches du 16 mai 2015

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?