AccueilSociétéLes nouveaux trésors du musée Berlioz

Les nouveaux trésors du musée Berlioz

C’est bien dans cette vaste demeure, dont l’austère façade se dresse rue de la République, au centre de La Côte-Saint-André, qu’est né le 11 décembre 1803 Hector Berlioz.

ActualitéSociété Publié le ,

Il y a juste 210 ans. Un anniversaire que la maison, aménagée en musée dédié au musicien et heureusement rénovée en 2003, commémore avec la complicité d’une nouvelle exposition. Chantal Spielmaker, conservatrice, et son adjoint, Antoine Troncy, en ont révélé les attraits à Pascal Payen, vice-président du conseil général en charge de la Culture, et à Jacky Laverdure, maire de la cité natale du compositeur. Les auteurs de cette exposition ont puisé dans les réserves du musée, et de récentes donations les ont confortés dans leur quête d’inédits. Preuve en est ce fauteuil en velours sur lequel Berlioz posa pour un peintre dont le tableau est exposé ou ce mot d’Hector à son fermier côtois pour le remercier de sa livraison de vin ! Si Hector Berlioz n’a pas de descendance directe (son fils Louis mourut des fièvres à La Havane et l’on a perdu la trace de sa fille naturelle), ses arrière-petits-neveux (Berlioz avait deux soeurs, Angèle et Nancy) ont fait don au musée des richesses que leur famille conservait. Des lettres (dont celles adressées à Berlioz par son fils Louis ou encore par Charles Gounod et Niccolo Paganini), des portraits (ceux d’Estelle Fornier, dont Hector fut toujours épris, de Berlioz aussi) et des manuscrits exceptionnels (le « Livre de raison » de Louis Berlioz père, véritable précis d’histoire locale et de la vie quotidienne, le journal intime de Nancy, sa soeur…) habillent cette exposition où l’on découvre que c’est par voie notariale que Berlioz sollicita l’autorisation paternelle pour épouser l’actrice irlandaise Harriet Smithson. La donation généreuse de Catherine Reboul-Berlioz (150 lettres d’Adèle, soeur du musicien, et un millier d’autres manuscrits) laisse entrevoir d’autres expositions au caractère tout aussi exceptionnel, lorsque le personnel du lieu en aura évalué toute la richesse. Cette exposition du dixième anniversaire, dont l’entrée est gratuite, est visible jusqu’au mois de mai. Un autre rendez-vous lui succèdera pour l’été. Il sera dédié à la diffusion des sons, du phonographe au numérique. De quoi doper, s’il en est encore besoin, la fréquentation du Musée Berlioz qui aura accueilli en 2013 plus de 15 000 visiteurs.


Jacques Savoye

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?