AccueilDroitLes notaires en congrès : yes, we Cannes !

Les notaires en congrès : yes, we Cannes !

En bordure de Croisette et de front de mer, le désormais célèbre tapis rouge a accueilli près de 3 500 congressistes, des notaires pour l’essentiel.

Vie juridiqueDroit Publié le ,

Un chiffre en légère augmentation par rapport à l’année dernière à Bordeaux. Serait-ce l’effet Cannes ou tout simplement l’intérêt du thème choisi il y a deux ans déjà « le Financement », dont l’actualité est probante ?
Une actualité qui n’a pas manqué de rassembler le Premier ministre, François Fillon, le garde des Sceaux, ministre de la Justice et des libertés, Michel Mercier, mais aussi Jean-Louis Debré, président du Conseil constitutionnel, autour des organisateurs du 107e congrès, présidé par Me Henri Brugerolle.

Si un président de la République en exercice (Jacques Chirac à Lyon en 1995) a déjà inauguré un congrès des notaires de France, ce n’était pas encore le cas pour un Premier ministre, accompagné par un garde des Sceaux, a tenu à souligner Me Benoit Renaud, président du CSN (Conseil supérieur du notariat) depuis six mois seulement.

On comprend aisément la fierté des officiers publics ministériels qui voient dans ces attentions gouvernementales la confiance portée à une profession toute entière en proie à quelques questionnements dans ses missions de service public, suite aux turbulences économiques, financières et politiques.

Le notariat ne serait-il plus accusé de tous les maux ? Il souhaite en tous cas être l’objet de plus d’attentions, particulièrement de la part du gouvernement. Il est vrai que le fameux rapport Darrois les avait quelque peu désorientés, préconisant une « sorte de grande profession unique du droit ».

Autre fer au feu également, le contre seing d’avocat qui leur faisait craindre une atteinte à leurs prérogatives de détenteur de l’autorité publique, en particulier avec l’acte authentique.

Pas qu’une partie de plaisir, mais une étape annuelle importante dans la vie de la profession

Ce sont donc quelque 3 500 personnes qui attendaient avec une certaine fébrilité le discours de François Fillon qui, semblet-il et en grande majorité, les a rassurées. Le congrès des notaires de France, c’est aussi, et surtout devrait-on dire, des commissions qui travaillent sous la responsabilité d’un président et d’un rapporteur pour décrypter des préoccupations en rapport avec le thème et surtout faire des propositions. Ces dernières, mises au vote, sont très souvent reprises pour générer des modifications fondamentales dans la profession et même législatives. Un congrès de la profession notariale, fusset-il à Cannes, n’est donc pas qu’une partie de plaisir, mais une étape annuelle importante dans la vie de la profession.

Michel Godet

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?