AccueilSpectacle vivantLes Fourberies de Denis Lavant

Les Fourberies de Denis Lavant

Après Les Femmes savantes, Marc Paquien retrouve Molière avec Les Fourberies de Scapin, un texte à la démesure du talent de Denis Lavant.
Les Fourberies de Denis Lavant
© : DR

CultureSpectacle vivant Publié le ,

En dépit d’une thématique frivole, Les fourberies de Scapin est un pur bijou de construction dramatique. En renouant, deux ans avant sa mort, avec la registre comique dans la veine de la commedia dell’arte et du théâtre populaire, Molière prouve qu’il maitrise parfaitement les ficelles d’un genre qu’il a porté à des sommets rarement égalés. Comédie d’intrigue, basée sur le mouvement, cette pièce impose un rythme effréné et une précision d’horloger dans les enchaînements. La pièce revient régulièrement à l’affiche. La dernière fois, à la Croix-Rousse, sous la houlette de Laurent Brethome, le metteur en scène, et de Jérémy Lopez, comédien lyonnais, mais surtout étoile montante de la Comédie-Française.


Le théâtre des Célestins l’accueille dans une production de Marc Paquien. Ce fidèle de la scène lyonnaise, où il a laissé un bon souvenir avec Les femmes savantes de Molière et Molly Bloom d’après Joyce, un moins bon avec La Locandiera de Goldoni, retrouve un auteur qui lui porte bonheur. N’a-t-il pas fait ses études au Lycée Molière de Paris ? Mais quelque soient les qualités de sa mise en scène, parions que Denis Lavant, dans le rôle-titre, lui volera la vedette.
Formé à l’école du mime et du théâtre de rue, le comédien déforme son corps aux courbes des textes qu’il sert. On se souvient de Figure, pièce de Pierre Charras sur la personnalité de Francis Bacon, plus récemment Le Roi s’amuse de Victor Hugo. Chaque fois, cette « gueule » popularisée par le cinéma, ce pantin magnifique crève l’écran. Dans un décor épuré, signé de Gérard Didier, une atmosphère entre la commedia dell’arte et la comédie italienne des années 1970, Denis Lavant donne la réplique, principalement, à Daniel Martin (Géronte) et Jean-Paul Muel (Argante).


Théâtre des Célestins, 30 mars au 9 avril

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?