AccueilSociétéLes Dieux des stades

Les Dieux des stades

Du Grand stade lyonnais à la rénovation du chaudron stéphanois, sans oublier le stade modulaire du LOU dont la mise en route débute ces jours-ci, nos dieux du stade régionaux semblent avoir des envies de grandeur.

ActualitéSociété Publié le ,

Du côté des « Verts » (les footeux pas les politiques…), le projet du groupement Léon Grosse-Chaix-Morel prévoit la fermeture complète des deux angles nord de l’actuel stade, qui est un des rares grands stades de football « à l’anglaise » existant encore en France. Geoffroy-Guichard brillera également de mille feux puisqu’il restera une des plus importantes centrales photovoltaïques de France avec 2 600 m2 de panneaux, réintégrés au projet de rénovation, installés par Saint-Etienne Métropole, et qui produisent annuellement 200 000 kWh d’électricité revendus à EDF.
Du côté lyonnais, la création du Grand Stade à Décines soulève encore quelques points d’interrogation. Cette semaine, le comité de parrainage du Stade des Lumières, ses 768 membres avec dans ses rangs le médiatique Paul Bocuse, est monté au créneau pour soutenir la construction du futur ouvrage sportif. Une motion de soutien a récemment été votée par les adhérents de la Fédération du Bâtiment du Rhône qui soulignent que « le projet de Grand Stade est bien plus qu’un équipement sportif privé. Il constitue une formidable opportunité de développement pour le Grand Lyon, la Ville de Lyon et l’Est de l’agglomération ». Sur ce dossier, l’enquête publique est en cours.
Le ballon ovale n’est pas en reste puisque le LOU pourra, dès la prochaine saison, jouir d’un stade modulaire fl ambant neuf de 7 998 places maintenu jusqu’en 2016, avant peutêtre que le club de rugby ne déménage à Gerland si le Grand Stade a, d’ici là, vu le jour.
A chacun son stade…

C.B.-A

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?