AccueilArt de vivreGastronomie / VinsLes Deux Roches, une griffe du saint-véran

Les Deux Roches, une griffe du saint-véran

Les Deux Roches, une griffe du saint-véran

Art de vivreGastronomie / Vins Publié le ,

Le 30 octobre dernier, le Hard rock café ouvrait ses portes à Lyon, avec une carte préparée par le Domaine des Deux Roches. L’établissement est aussi le premier, de la célèbre chaîne américaine, à proposer deux vins sous sa propre marque, un bourgogne blanc et un limoux rosé. Cette exception tient à la personnalité de Kevin Tessieux, l’un des trois associés, formé à l’Institut Vatel, mais surtout membre de la famille qui exploite ce domaine du Mâconnais.


L’exploitation tient son nom des roches de Solutré et de Vergisson où Jean-Luc Terrier et Christian Collovray, deux beaux-frères, possèdent des parcelles. L’association de ces deux quinquagénaires débute en 1986, sur une surface de 8 ha, en partie loués. Trois décennies plus tard, après des rachats et locations successifs, ils travaillent 40 ha autour de la commune de Davayé. L’essentiel des parcelles couvrent l’appellation de mâcon générique (35 % de la production), saint-véran (35 %), pouilly-fuissé (20 %) et viré-clessé (10 %). Le domaine commercialise 17 cuvées, en appellation mâcon, dont 8 saint-véran, vendues entre 9,60 € et 22,50 € Deux d’entre elles portent des noms inattendus, le saint-véran La Côte Rôtie et le saint-véran Pommard.


Les Deux Roches grandit de 0,5 ha/an, en propriété, un peu plus en terres louées. « Essentiellement des parcelles laissées par des viticulteurs qui partent à la retraite ou des terrains ont des droits de plantation, précise Jean-Luc Terrier. En 1997 le domaine avait connu un extension exceptionnelle avec le rachètent du château d’Antugnac dans le Languedoc. Comment justifie-t-il cette acquisition ? « Nous étions jeunes et vaillants, nous voulions acheter des vignes. Faute de les trouver dans la région, nous avons prospecté dans le sud où il y avait des opportunités », explique le vigneron de Davayé. L’option Antugnac s’est rapidement imposée. « Déployé sur l’appellation limoux, situé en altitude, planté majoritairement en chardonnay, ce domaine couvre un terroir où l’on retrouve un goût, un style qui rappellent le mâconnais ».


Depuis quatre ans déjà, les viticulteurs du mâconnais ont déposé un projet de classement de parcelles en premier cru comme il en existe dans toutes les appellations de Bourgogne. « Nous avons déposer ce dossier pour la notoriété de l’appellation, conclut Jean-Luc Terrier. L’intérêt financier n’est pas une motivation, car nous savons le risque d’une inflation du foncier ».

Les Deux Roches en chiffres
5M€ de chiffre d’affaires (6,5 M€ avec le Château d’Antugnac dans le Languedoc)
60 % de la production commercialisée à l’export, principalement au Royaume-Uni, Benelux, Japon et Etats-Unis
33 collaborateurs

Dégustation

Premier vin commercialisé par le domaine, d’abord la cuvée Tradition en 1986, le saint-véran reste le vaisseau amiral, la griffe, des Deux Roches qui revendique le respect du terroir, « la recherche de pureté, avec des vignes labourées, des levures indigènes, une réduction maximum des intrants et un élevage point trop marqué », insiste Jean-Luc Terrier.


Le saint-véran Terres noires résume assez bien l’esprit de la maison. Véritable carte de visite du domaine, cette cuvée qui doit son nom à sous sol riche en humus, provient d’une parcelle unique, exposée au sud, plantée de ceps dont la moitié a plus de 60 ans. Avec son nez complexe, ses notes florales, une bouche minérale, fraîche, avec des arômes gras font de ce vin un excellent partenaire pour un poisson ou des noix de saint-jacques.

Tarif : 13,40 €

Partager :
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?