AccueilServicesLes chefs d'entreprise face au défi de la transmission

Les chefs d'entreprise face au défi de la transmission

La CCI Lyon Métropole Saint-Étienne Roanne vient de publier le panorama 2018 des cessions-reprises d'entreprises qui évalue le nombre d'entreprises ayant vocation à être transmises dans les prochaines années et les flux annuels de cédants.

EconomieServices Publié le ,

L'enquête, menée auprès de 1 000 chefs d'entreprise âgés de 55 ans et plus, relève que 57 % des interrogés n'ont pas encore songé à la vente de leur entreprise estimant qu'il est trop tôt pour une telle décision (61 %) ou souhaitant rester actif le plus longtemps possible (33 %). Le nombre de chefs d'entreprise n'ayant pas débuté leur réflexion reste donc élevé, même s'il est en baisse nette et constante : ils étaient 87 % en 2015, 68 % en 2016 et 66 % en 2017. A l'inverse, les rangs des chefs d'entreprise qui envisagent une vente grossissent : 31 % en 2018 contre 26 % en 2017, 27 % en 2016 et 11 % en 2015. Parmi eux, 68 % sont soit en cours de transmission (30 %), soit dans une vision de transmission dans les 2 ans (38 %). Dans près de 9 cas sur 10, l'opération est bien préparée avec un diagnostic des forces et faiblesses, une évaluation financière, un dossier de présentation, une évaluation des conséquences personnelles…

Ces dirigeants désireux de transmettre sont 52 % à prévoir une cession à un tiers et 27 % à s'inscrire dans une logique familiale. Quatre objectifs principaux motivent la transmission : 57 % veulent sauvegarder un savoir-faire, 49 % veulent sauvegarder un nom et le suivi clients, 32 % veulent réaliser une plus-value financière, 30 % veulent préserver les emplois. A noter également que l'état d'esprit qui prédomine chez les cédants est le soulagement (49 %).

Côté repreneurs, l'enquête conforte les intentions exprimées par les dirigeants cédants. En effet, les modes de cession les plus fréquemment observés sont la transmission familiale (34 %) et la transmission à un tiers (30 %). Suivent la cession à une autre société (12 %), la cession à un salarié (10 %), la cession à un associé (7 %) et la fusion avec un groupe (7 %). 27 % des entreprises achetées comptent 6 à 9 salariés et 21 % entre 3 et 5 salariés, et 52 % enregistrent plus de 1 M€ de chiffre d'affaires.

« De nombreux chefs d'entreprise n'anticipent pas suffisamment cette étape clé de la transmission. Par ricochet, un grand nombre d'entreprises viables ferme chaque année, faute d'avoir trouvé un repreneur », affirme Emmanuel Imberton, président de la CCI, pour qui l'opération doit se préparer entre 5 et 10 ans à l'avance.

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?