AccueilEditos-BilletsLe travail ou la santé ?

Le travail ou la santé ?

Grève, violence, insécurité : le triptyque est peu flatteur. Il s'inscrit pourtant en lettres sombres dans l'actualité de notre pays depuis plusieurs semaines.

ActualitéEditos-Billets Publié le ,

Les blocages se multiplient, ceux des raffineries impactant directement le quotidien de millions de travailleurs, victimes premières d’une stratégie syndicale extrême, jusqu’auboutiste. Une attitude peu raffinée et qui témoigne d’un manque d’ambition et de croyance dans le dialogue social. Un apophtegme de 1976 scandait : « En France, nous n’avons pas de pétrole, mais nous avons des idées ». Visiblement, pour relancer le débat, du côté de l’exécutif comme du côté des organisations syndicales, on est en pénurie… Partout, la France est à l’arrêt. Dernier écueil en date, le vote de la grève au sein de 16 des 19 centrales nucléaires domestiques. Avec, à craindre, des coupures d’électricité !
Bref, le courant ne passe plus entre la classe dirigeante et des syndicats vent debout contre une loi Travail, assénons-le une fois encore, qui ne satisfait personne, ni les salariés, ni un patronat qui appréhende une mise en danger de l’économie française qui ne cesse de s’alentir. Pour preuve, agriculteurs, fleuristes - dans l’expectative avant la Fête des mères -, entreprises du bâtiment et des travaux publics, commerçants… s’inquiètent de la livraison de carburant et de l’acheminement des productions. Les restaurateurs et hôteliers poussent même un cri d’alarme alors que se profile la grand-messe du football continentale. Plus d’1,5 million de visiteurs sont attendus. Et les retombées économiques sont estimées à 1,3 Md€ (dont près de 800 M€ dépensés par les spectateurs). Une manne significative pour le pays, mais aussi pour les villes hôtes : le Centre de droit et de l’économie du sport estime les retombées pour Lyon à près de 160 M€ et environ 77 M€ pour Saint-Etienne.
En 2012, évoquant la candidature française à l’Euro, Nicolas Sarkozy argumentait ainsi : « En France, le sport est une réponse à la crise. C’est parce qu’il y a des problèmes qu’il faut mobiliser tout un pays vers l’organisation de grands événements. Et qu’est-ce qu’il y a de plus fort que le sport, et dans le sport, le football ? » Le ballon rond, unique dictame d’une nation en souffrance et qui, à quelques jours du début de la compétition, ne livre pas une image reluisante alors même qu’elle dispose d’atouts touristiques indéniables. Le jovial et regretté Henri Salvador chantait « le travail, c’est la santé ». On le sait aujourd’hui, l’Euro 2016 aura, au soir du 10 juillet, livré son héritage : une hausse immédiate du nombre de licenciés dans les clubs et une baisse des coûts de santé induite par cette meilleure pratique sportive. Le sport aussi, c’est la santé. Travail et sport, avers et revers d’une même médaille. Dans le plus beau métal, espérons-le, pour les Bleus…

Partage
Envoyer à un ami
Connexion
Mot de passe oublié ?