Fermer la publicité
Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

Le Rhino Jazz Festival malgré tout

Publié le - - Musique

Le Rhino Jazz Festival malgré tout
Tableau de Robert Combas, pour le Rhino Festival, RHINO,2020 - Tableau de Robert Combas, pour le Rhino Festival, RHINO,2020 - acrylique sur toile - 168×120 cm - ©Robert Combas)

Le Rhino Jazz Festival tiendra sa 42è édition malgré le contexte (sauf détérioration nouvelle de la situation sanitaire) du 2 au 20 octobre 2020, avec pas moins de 35 concerts dans 25 villes entre Saint-Etienne/Saint-Chamond et Lyon.

Le Rhino*, né en terre ligérienne à Saint-Chamond, a depuis longtemps essaimé largement au-delà des frontières de son département. Petit frère automnal de Jazz à Vienne, qui a dû être annulé en 2020, comme tant d'autres festivals d'été, l'évènement couramiaud à l'origine, subsiste cette année avec « résilience » pour le plus bonheur des auditeurs/spectateurs. A Saint-Etienne, un bel espace sera dévolu à l'événement phare à la Grande Usine Créative à la Cité du Design, Le Grand Barouf du Rhino propose du 5 au 18 octobre un étonnant parcours artistique à la fois musical et iconographique, revenant sur cette période révolutionnaire démarrée dans les sixties et qui a vu, via le rock dit expérimental et le free-jazz, les deux genres se fondre dans une pop novatrice, régénérée par la folle liberté de ses protagonistes et leurs explorations avant-gardistes.

Combas et le Rhino

Le peintre et musicien Robert Combas, né à Lyon, et Sétois depuis son enfance, mondialement reconnu, figure de proue de la « figuration libre », exposera une sélection de tableaux et cartons plumes autour du thème de la musique (des années 1980 à 2020). Ces oeuvres feront échos aux créations que l'artiste réalisera en direct dans son atelier éphémère tout au long de l'évènement, spécialement pour « Le Grand Barouf du Rhino ».

Combas cohabitera pendant le festival avec d'autres artistes plasticiens et musiciens comme Lucas Mancione, et les Sans Pattes, ainsi que des improvisations et lectures.

La programmation, malgré le contexte est toujours aussi riche, même si des concerts ont été reportés en 2021 (voir les dates déjà connues sur rhinojazz.com). Il s'agit de certains artistes comme Ibrahim Maalouf au Zénith de Saint-Etienne, ou encore Kyle Eastwood, et d'autres étrangers et français.

Le festival 2020, comme les précédents s'accompagne de projets scolaires, de projection de films, d'entretiens et conférences, pendant toute la durée de l'événement, Julia Fabry, photographe-vidéaste qui fut la collaboratrice et assistante d'Agnès Varda, retranscrira sur le vif les coulisses et la mécanique de l'aventure.

Aperçu du programme

Spirit Gospel, vendredi 2 octobre, 20h30, L'Écluse, Lorette ; Karim Addadi Organ Trio, vendredi 2 octobre, 20h30, espace le Chatelard, Tartaras ; A Polylogue From Sila, vendredi 2 octobre, 20h30, château du Rozier, Feurs ; Jean Pierre Alessi «French preservation hall», samedi 3 octobre, 20h30, La Grange, Châteauneuf ; Raphaël Imbert Trio «Bach Coltrane», dimanche 4 octobre, 17h30, église, Genilac ; Bab Assalam, Derviche, dimanche 4 octobre, 19h, L'Échappé, Sorbiers ; Lancement du «Grand Barouf», lundi 5 octobre, 18h, cité du design, Saint-Étienne ; Out of Nola, mardi 6 octobre, 20h30, salle Jean Macé, Grigny ; Paul Lay Trio, mercredi 7 Octobre, 20h30, maison de la culture, Firminy, etc. Toute la programmation ici : https://www.rhinojazz.com/programmation

Un rhino ???

*Tout est parti d'une exposition des œuvres de l'artiste stéphanois lors de l'édition 1990 du festival. Invité à présenter ses toiles, il envahit le hall de la salle Jean-Dasté avec des rhinocéros. «Ce qui m'a plu, explique Jean-Paul Chazalon, président du Rhino Jazz, c'est la bestiole elle-même, sa force, la puissance qui s'en dégage. Entendant les concerts en même temps que je voyais ces rhinocéros, il y avait comme une évidente similitude. Je me suis donc empressé de proposer à Jacques Barry de concevoir l'affiche du festival suivant avec un rhinocéros». De son côté, Jacques Barry voyait aussi une logique à associer cet animal au jazz : «Il y avait ce côté caisse de résonance et la mise en scène de cet animal africain pour représenter une musique noire. Comme le jazz, le rhinocéros plonge ses racines dans un passé lointain », avec au final cette impression « de toucher à quelque chose d'éternel ».




Ses derniers articles

Abonnez-vous à l'offre Papier + Numérique

Le Tout Lyon Journal d'annonces légales et d'informations économiques pour le département du Rhône

  • ›   Pour plus de contenu, papier + web
  • ›   l’accès aux annonces légales,
  • ›   l’accès aux ventes aux enchères.
Je m'abonne

À lire également


Réagir à cet article

Message déjà envoyé Adresse e-mail non valide


Fermer
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies et de technologies similaires par notre société ainsi que par des tiers, afin de réaliser des statistiques d'audiences et de vous proposer des services éditoriaux et la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux. En savoir plus / paramétrer